Dark Souls II : Scholar of the First Sin (Xbox One)

par Semik
C'est un peu devenu le passage obligé pour tout bon jeu sorti Xbox 360 : la compilation HD sur Xbox One avec tous ses DLC. Répondant aux exigences du moment (et des actionnaires ?), From Software nous livre une version remastérisée de Dark Souls II, à laquelle s'ajoute la trilogie de DLC The Lost Crowns et les derniers patchs appliqués à la version Xbox 360.

Je ne vais pas revenir dans ce test sur certains éléments de Dark Souls II (gameplay, multijoueur…), pour cela je vous renvoie au test de la version 360, mais sur les principales différences entre les deux versions, et ce qu’on aurait pu attendre de plus du portage sur Xbox One.
Loués soient les DLC !
En terme de temps de jeu, le joueur n’était pas en reste sur Dark Souls II. Et bien Scholar of the First Sin vous propose un contenu encore plus grand. Comptez environ 60 à 80h pour terminer le jeu sans toucher aux DLC et en faisant un peu de multijoueur. Plus du double si vous décidez de vous lancer dans les 3 extensions, et que l’on rajoute un New Game +.

Les nouveaux contenus ne sont pas accessibles dans les menus, n’oubliez pas que nous sommes dans Dark Souls ! Si vous voulez faire un DLC, il ne suffit pas d’aller le télécharger sur le store, il faut déjà être bien avancé dans le jeu afin de trouver l’endroit et l’objet nécessaire pour y accéder. Ces voies d’accès ne sont cependant pas introuvables et une rapide recherche sur le net vous donnera l’endroit des items nécessaires pour activer le transport de votre personnage vers la nouvelle zone de jeu.

La qualité des contenus supplémentaires est un point à souligner. Le bestiaire varie, nous avons droit à de nouveaux combats héroïques contre des boss redoutables… Et chacun des DLC a une atmosphère qui lui est propre. Crown of The Sunken King, vous emmènera dans la ville souterraine de Shulva tandis que dans Crown of The Ivory King vous parcourrez une cathédrale dans un environnement glacial. Quant a Crown of the Old Iron King, celui-ci est plus coloré et aérien…

Petite déception pour les chasseurs de succès, ils sont en tout point identiques à la version 360 et aucun ne vous sera attribué lors des DLC. Lorsque l'on voit les pratiques de certains studios, en rajoutant plusieurs centaines de gamescore à leurs extensions, on aurait pu espérer la même chose pour Dark Souls II : Scholar of the First Sin. Hélas From Software Inc en a décidé autrement. L'esprit de Dark Souls, c'est de souffrir pour finir le DLC, et à la fin on a pour récompense la satisfaction de l’avoir terminé pour 0G.
Ah, il n'était pas là lui avant...
Dark Souls II : Scholar of the First Sin bénéficie également des derniers patchs sortis sur Xbox 360, venus corriger un certain nombre d’éléments et répondre aux exigences des joueurs. Pour vous citer quelques exemples, vous retrouverez lors de votre premier run beaucoup plus de Chevaliers de Heide, les emplacements de certains ennemis et objets ont également changé, et enfin, vous pouvez acheter rapidement l’anneau qui absorbe les âmes et vous évitera de monter trop haut votre Soul Level, paramètre utilisé pour le matchmaking (que ce soit en coopération ou en PvP).
Ça freeze autours du feu
La série des Souls n’a jamais brillé pour sa qualité graphique. Si certains environnements de Dark Souls II peuvent impressionner, ce sera plus par le sentiment qu’éprouvera le joueur que par la délicatesse de leurs pixels. On sera soulagé de passer d’un environnement clos, sombre et dangereux à un espace ouvert et éclairé, de même que l’on pourra rester longtemps à admirer une future zone de jeu que l’on voit au loin, même si en faisant cela on notera un autre défaut graphique du jeu, sa faible distance d’affichage.

Sur Xbox One le jeu est un peu plus fluide, les textures un peu plus fines, mais on serait en droit d’attendre mieux sur ce dernier point.

Les effets de lumière ont par contre été nettement améliorés, l’utilisation de la torche dans les environnements les plus sombres vous le prouvera.

Cependant, il subsiste encore des problèmes de coups portés par les ennemis au travers des murs. Dans un jeu au gameplay aussi exigeant que Dark Souls II, c’est tout de même un gros souci.

Pourtant, le gros point noir de la version Xbox One de Dark Souls : Scholar of the First Sin (et là je ne sais pas si c’est dû à la version numérique testée), j’ai eu de nombreux freezes. Le jeu se relançait seul, sans que la progression ne soit perdue. Mais c’était tellement récurrent, lors des sessions, que je me devais de le préciser dans ce test.
Conclusion
Dark Souls II est un excellent jeu. L’expérience de jeu proposée, mélangeant solo, coopération et PvP n’a que peu d’équivalant dans le monde du RPG sur console. Les DLC allongent une durée de vie déjà conséquente. Je ne peux cependant m’empêcher de relever que les améliorations graphiques apportées ne sont pas au niveau de la Xbox One. Je suis entièrement d’accord avec le fait que de beaux graphismes ne font pas un excellent jeu, et les Dark Souls sur Xbox 360 en sont de bons exemples, mais on est en droit de s’attendre mieux d’un portage HD. Alors un portage qui freeze…
Offline
14
Online
16
On aime
- Un gameplay exigeant
- Toujours pas de quêtes à la noix
- Les effets de lumières
- Plus de 100h de jeu
- La rejouabilité (NG+, NG++...)
On n'aime pas
- Graphiquement pas au top (textures, distance d'affichage)
- On se fait toujours frapper à travers les murs
- Pas de succès pour les DLC
- La version numérique freeze...
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Dark Souls II : Scholar of the First Sin
Packshot de Dark Souls II : Scholar of the First Sin sur Xbox One
Date de sortie française 03 avril 2015
Genre : RPG
Dev. : From Software Inc.
Edit. : Namco Bandaï
PEGI 16
1 joueur hors ligne