Nevermind (Xbox One)

par VayneHunters
Avez-vous des phobies ? Ou peut-être êtes-vous proche de la folie ? Un traumatisme depuis votre enfance vous empêche de vivre ? Ces cauchemars vous hantent indéfiniment et vous n’arrivez pas à vous en débarrasser. Nevermind, du studio Flying Mollusk, est un FPS puzzle-game doté d’un concept original. Le but est de soigner divers patients, chacun ayant un vécu différent. De quelle manière ? Et est-ce efficace ? C’est ce que nous allons voir dans ce test…
Le subconscient au coeur de la folie
Vous êtes un Neuroprober, un médecin spécialisé dans la neuroscience. La technologie permet d’entrer dans le subconscient du patient et d’en extraire les pires souvenirs pour reconstituer le traumatisme subi et ainsi le soigner.

Les souvenirs sont sous forme de photos que vous devrez trouver en errant dans le subconscient du patient. En tout, il faut en ramasser 10 pour ensuite trouver le bon ordre de l’histoire en choisissant 5 photos. Ces 5 photos dans l’ordre adéquat, le patient aura alors un flash et il saura d’où vient son traumatisme. Il pourra alors mettre en œuvre ce qu’il faut pour dépasser ce mal-être qui le hantait tant.

Pour accéder aux photos souvenirs, il vous faudra généralement résoudre une série d’énigmes. Mais rassurez-vous, elles ne sont pas très complexes. Le plus compliqué étant de reconstituer le bon souvenir avec les 10 photos à disposition. Votre analyse devient alors très importante pour trouver la bonne suite des événements qui a pu amener au traumatisme du patient.

Le subconscient n’est pas quelque chose de très joyeux. Vous devrez faire face aux pires peurs de vos patients. L’univers est malsain au possible avec des sons ambiants à rendre fou. Vous aurez l’impression d’être dans la tête d’un schizophrène. Clairement, le jeu n’est pas à mettre entre toutes les mains. Vous passerez d’une forêt rempli de poupées pendues aux arbres à une maison faite en bonbons dont l’intérieur est parsemé de cookies géants à pointes et un sol de toutes les couleurs qui ne demande qu’à vous tuer. Ou encore une fête foraine en feu ou des mannequins cris au désespoir. Voilà le genre de monde que vous devrez visiter.
Bienvenue dans l’introSim
Voici une vidéo de gameplay vous montrant l’introduction du jeu, qui a pour but de vous initier à cette nouvelle technologie :

Le flou rend fou
Si au niveau de l’ambiance, le titre n’a rien à se reprocher, au niveau technique c’est autre chose. Nevermind souffre d’une distance d’affichage très réduite. Au-delà de quelques mètres, les décors sont flous… Les développeurs auraient tout de même pu faire un effort sur ce point. Mais est-ce fait exprès pour rendre l’expérience encore plus angoissante ? Le doute est permis.

Graphiquement, ce n’est pas dingue. Mais la direction artistique du titre est tellement parfaite qu’on oublie vite la technique passable. L’ambiance glauque et les sons à vous faire criser rendent l’expérience de jeu tellement prenante que le reste n’est que dérisoire.

Côté succès, Nevermind en contient 17 pour 1000G. Certains vous demanderont de simplement terminer les différents niveaux et les autres vous demanderont de finir les niveaux à 100%. Les 1000G sont largement accessibles.
Conclusion
Nevermind est un véritable voyage au coeur de la peur et de la folie. Les décors et les sons malsains sont d’une réalisation sans faille et on n’en ressort pas indemne. Le concept d’entrer dans le subconscient des patients pour les soigner est original et on peut dire que le pari est réussi.

Seule la partie technique du titre et sa durée de vie lui font défaut. Le titre ne dispose que de 4 patients en plus de l’introduction. Il faut environ 30/40 minutes par patient. On aurait aimé en voir plus !
Offline
14
On aime
- L’ambiance malsaine
- Le concept
- La bande son

On n'aime pas
- La technique
- La durée de vie
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Nevermind
Packshot de Nevermind sur Xbox One
Date de sortie française 07 juin 2017
Genre : Puzzle Games
Dev. : Flying Mollusk
Edit. : Flying Mollusk
PEGI 16
1 joueur hors ligne