Dragon Ball FighterZ (Xbox One)

par LeRaph
Après des années d'épisodes plus ou moins convaincants de Bandai Namco, les fans de la licence Dragon Ball Z attendaient sans perdre espoir le jeu de combat ultime à la hauteur du chef d'oeuvre d'Akira Toriyama. Depuis l'annonce de Dragon Ball FighterZ, la hype n'a fait que monter, tel le dragon Shenron traversant les nuages. Pour cet épisode exceptionnel, le développement a été confié aux virtuoses japonais du studio Arc System Works qui ont oeuvré sur des grands noms du genre combat 2D, auteurs des excellentes séries Guilty Gear et BlazBlue, qui offrent des combats très techniques. La licence Dragon Ball Z est très grand public et le studio offre souvent un gameplay élitiste. Ont-ils réussi à concilier les deux et offrir aux joueurs la meilleure expérience de la licence ? Réponse dans notre test.
Analyse de CELL
Toutes ces années d'exploitation de la licence par Bandai Namco ont enfin porté leurs Senjus ! Dragon Ball FighterZ est le résultat de la fusion à base de boucles d'oreilles Potara des grands épisodes de la licence. Dès le lancement du jeu, on se rend compte que le jeu s'est affranchi d'un menu principal, vous entrez directement dans le Hall Fighter Z qui fait office de HUB central pour tous les joueurs, comme son ainé Dragon Ball Xenoverse. Bien que ce fameux Hall soit beaucoup moins développé, vous pouvez y incarner vos personnages préférés au format Funko Pop et vous balader dans les différentes zones qui donnent accès à tous les modes de jeu.
Vous pouvez accéder ainsi au combat en ligne, en local, au mode histoire, entraînement, arcade ou encore à la boutique qui est remplie de loot boxs. Attention, rassurez-vous ; ce sont uniquement des capsules que vous pouvez acheter à l'unité ou par lot de 10, afin de débloquer des objets purement cosmétiques pour personnaliser votre avatar dans le HUB central : personnages, couleurs et titres de combattants. Nous vous recommandons chaudement avant de tenter quoi que ce soit, de passer par la case didacticiel et entraînement afin de vous familiariser avec les contrôles.


Rapidement on se rend compte du travail accompli par le studio Arc System Works. Les contrôles sont simples, les combos s'enchainent très facilement. La plupart des attaques spéciales sont à base de quart-de-cercle avant ou arrière avec une touche, le combo Brise-Garde ne nécessite qu'une seule touche tout comme le Dragon Rush. Votre barre de Ki se remplit automatiquement et peut être chargée durant le combat, mais vous serez alors vulnérable. Il y a un maximum de 7 barres de Ki, sachant que les attaques spéciales consomment 1 barre alors que les ultimes vous en demanderont 3. Tout est d'une fluidité extraordinaire, le plaisir de jeu est immédiat et en même temps, maîtriser ses gammes sur le bout des doigts demandera un bon petit séjour dans la salle du temps.

Tous les combats sont en 3 vs 3 à l'instar d'un Marvel vs Capcom, ce qui apporte de nouvelles possibilités de gameplay, avec la gestion de la santé générale, des combos enchaînés et des super-attaques synchronisées. Le titre est donc extrêmement nerveux, surtout avec l'ajout d'un mode Z qui peut être déclenché une fois par affrontement et qui offre un gain de puissance et de vie non négligeable durant un court laps de temps. Si vous arrivez à bien enchaîner les combos, vous pourrez même invoquer le dragon Shenron en plein combats et exaucer un souhait comme ressusciter un allié, devenir immortel ou plus puissant.
Il y a donc beaucoup de choses à gérer, sans jamais perdre le joueur, le sentiment de puissance et de plaisir de jeu est juste monstrueux. Tout cela promet des heures passionnantes en online ou en local avec notamment le mode tournoi jouable jusqu'à 16 joueurs qui risque d'animer de nombreuses soirées sur le canapé.
Un solo qui vaut plus qu'un Raditz ?
La partie solo est un morceau plus que consistant. Le plus important est évidemment le mode histoire qui tourne autour d'un nouveau personnage totalement inédit dans la série : C-21. Une cyborg scientifique aux capacités hors du commun qui va bouleverser le sort de nos chers amis à têtes blondes et offrir une nouvelle histoire rocambolesque, mais très agréable à suivre, dans la lignée des récents épisodes de la série animée Dragon Ball Super. On y recroise la plupart des personnages ayant marqué la série et les 3 arcs qui composent l'histoire permettent d'essayer à peu près tous les personnages.


Ce mode histoire prend la forme d'un jeu de plateau comme l'avait initié son arrière-grand-père Dragon Ball Budokai 2. Vous y déplacez votre pion qui matérialise votre équipe de 3 combattants, que vous aurez sélectionnée parmis ceux sauvés au fur et à mesure de votre avancement. Les dialogues au début des combats et pendant les phases de cinématiques dépendent des combattants de votre équipe. Cela donne lieu à des moments fort sympathiques et ajoute une réelle valeur ajoutée à l'histoire. Vous pourrez également augmenter votre liaison avec les différents personnages afin de débloquer des événements spéciaux.

Le jeu n'est pas avare en scènes cinématiques faites avec le moteur du jeu, dommage que certaines soient si faiblement animées, avec seulement quelques mouvements de bouche ou de tête, alors que d'autres scènes flattent sans mal la rétine. La difficulté de ce mode est aussi un peu décevante pour un amateur du genre, mais permettra au profane du genre de se faire la main. Pour les autres, vous risquez de rouler sur le jeu, tel un Broly dans un champ de Saibaman. On a ainsi l'impression désagréable d’enchaîner les mêmes combats, telle une machine à tuer. Comme si les développeurs voulaient gonfler artificiellement la durée de vie... Comptez un peu moins d'une dizaine d'heures pour en voir le bout en ligne droite.


Heureusement le défi monte d'un cran dans le mode arcade, qui offre 3 chemins de 3, 5 et 7 combats en difficulté normale ou difficile. Le mode difficile est assez costaud, l'IA n'offrant que peu de répit, mais c'est également l'occasion de progresser et d'apprendre à ne pas subir. Avec le bon timing, la plupart des attaques peuvent être contrées. Par exemple le Dragon Rush permet de traverser les boules d'énergie, vous pouvez utiliser à tout moment une téléportation contre une barre de Ki pour passer dans le dos de votre adversaire, varier les attaques mi-hauteur et basses ou utiliser la chope sur un adversaire en défense.


Le jeu s'inscrit clairement dans le Easy To Play, Hard To Master et sur ce point le studio a réussi son pari avec panache.
Déclaration d’amour : Petit Coeur et Ruban Rouge
Le gameplay est une véritable réussite et s'adapte à tous les types de joueurs, mais graphiquement, le studio est encore allé plus loin, au-delà de la dimension 7 ! Jamais un jeu de baston 2D n'avait atteint un tel niveau d'excellence. L'oeuvre d'Akira Toriyama est non seulement respectée, mais sublimée. Chaque plan, chaque animation est à couper le souffle, les effets d'explosions, de techniques sont magnifiques et malgré le fait qu'il y ait beaucoup de personnages à l'écran, rien n'entache la lisibilité du combat qui est exemplaire grâce notamment à une caméra très bien gérée. Les décors, bien que peu nombreux, nous font traverser l'histoire de la série et fourmillent de détails. Pour ce qui est de l'optimisation sur Xbox One X, la version offre un upscale de 1080p à la 4K, avec des temps de chargement réduits et un framerate solide comme la carapace de Tortue Géniale à 60 images par seconde.

24 combattants seront disponibles, après avoir débloqué les 3 personnages possibles : C-21, Goku SSBB et Vegeta SSBB respectivement dans le mode histoire et arcade. Presque tout le monde est là, Son Goku et sa bande ainsi que ses plus redoutables ennemis. Tous ont été parfaitement modélisés et sont accompagnés de leur voix officielles. On retrouve avec un plaisir nostalgique toutes leurs techniques et leurs mouvements incroyablement bien reproduits. Chacun est unique et a ses caractéristiques propres, il n'y a aucun doublon à part le mode SSBB pour Vegeta et Son Goku. Certains combattants excellent dans le corps-à-corps, d'autres dans le combat à distance ou encore le soutien, il vous appartient de les découvrir et créer vos équipes de manière équilibrée pour contrer au mieux vos adversaires.

On peut quand même regretter de grands absents comme Broly, Mr Satan, Gogéta ou ce bon vieux Yajirobé, peut-être prévu dans les prochains DLC, mais de base, le casting est tout à fait satisfaisant et varié.

La partie sonore est excellente, on retrouve avec plaisir tous ces bruitages si chers à la série et la musique, bien que non officielle, rythme très bien les combats avec une orientation surtout rock n' roll. Dommage qu'il n'y ait pas les voix françaises et la bande originale d'Ariane.
Nous n'avons pas pu nous essayer au mode en ligne, les serveurs étant fermés lors du test, il fera donc l'objet d'une mise à jour.
Conclusion
Dragon Ball FighterZ est de loin le meilleur jeu de baston de la série. Tout y est, un gameplay accessible pour les débutants et très profond pour les amateurs, avec un mode entraînement clair et un mode solo consistant. Il est aussi techniquement irréprochable et beau à pleurer. Mais c'est du côté des modes multijoueurs online et offline que des centaines d'heures en perspective vous attendent. Malgré les quelques petits défauts comme un solo trop simple et répétitif, un casting qui aurait pu être plus fourni et les musiques officielles non présentes, le titre est juste incroyable et offre un plaisir de jeu inégalé. Une capsule de dopamine à avaler sans attendre !
Note 9/10
On aime
- Un Gameplay accessible, profond et jouissif
- Graphiquement sublime, fluide et respectant l'oeuvre originale
- Le mode tournoi parfait pour les soirées entre amis
- Une histoire originale
- Une durée de vie intergalactique
On n'aime pas
- Un solo répétitif et trop facile
- Un roster qui aurait pu être étoffé avec des absents
- Ariane recalée à l'audition de la BO et pas de VF
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Dragon Ball FighterZ
Packshot de Dragon Ball FighterZ sur Xbox One
Date de sortie française 26 janvier 2018
Genre : Combat
Dev. : Arc Systems
Edit. : Bandai Namco Games
PEGI 12
1 à 2 joueurs hors ligne - Jusqu'à 2 joueurs en ligne