City of Brass (Xbox One)

par Lud0
Développé par Uppercut Games, un studio australien fondé par des anciens d'Irrational Games, City of Brass était jusqu'à ce jour disponible en version anticipée sur Steam. Il se défini comme un jeu d'action à la première personne.

Cela lui a-t'il permis de mûrir et de nous offrir le meilleur de lui-même ?
Les contes des Mille et Une Nuits, pas si féérique que cela
Pour ce jeu, nous incarnons un aventureux brigand et prenons la direction du Moyen-Orient pour y vivre non pas des Mille et une nuits, mais partir à la recherche des trésors de la cité de Brass, une ville pleine dont les habitants ont disparus à cause de leur vanité. Pour cela, vous devrez traverser divers lieux, battre de nombreux morts-vivants tous plus dangereux les uns que les autres et surtout affronter des boss au niveau relevé.

Fort heureusement, vous aurez pour vous un équipement à la hauteur de vos ennemis. Enfin quand vous l'aurez trouvé ou que vous aurez accumulé suffisamment d'or pour vous l'acheter ; tout comme de la vie, des compagnons et bien d'autres surprises encore, mais on ne va pas tout vous dévoiler non plus.

Dès les premières minutes de jeux, nous voilà à affronter non seulement des ennemis, mais aussi des pièges divers, variés, mais toujours aussi mortels. Après avoir perdu une bonne quantité de vie ou bien même être mort dans une chausse-trappe, un lance-flamme, ou que sais-je encore, vous aurez appris à les reconnaître et même à en tirer profit pour y piéger vos ennemis. C'est toujours sympa d'en éliminer sans même lever le petit doigt.

Mais les pièges retournés contre ces monstres ne suffiront pas à vous sortir d'affaire. Fort heureusement, vous êtes équipé de 2 armes : un cimeterre et un fouet. De quoi se prendre pour un certain Indiana Jones au pays des Califs. Ce dernier vous permet de nombreuses choses : figer les ennemis pour quelques secondes, les attirer à vous pour mieux les frapper avec votre cimeterre, les faire chuter, les étourdir et j'en passe. Mais ce n'est pas tout ! Votre fouet vous permettra aussi de casser des objets du décor dans lequel vous pouvez espérer mettre la main sur un quelconque trésor qui viendrait grossir votre bourse, de traverser une zone façon Indiana Jones et là encore, tout ne vous est pas dévoilé.

Si jusque là tout semble simple, voir simpliste, ajoutez à cela un sablier dont le temps file bien plus vite qu'à votre goût, vous empêchant de faire le tour complet de la zone de jeu afin d'accumuler un maximum d'or ou de découvrir l'arme, l'amélioration, la protection ou l'amulette qui vous facilitera la vie par la suite.


Durant votre périple, vous rencontrerez des génies dont la plupart sont bienveillants. Ils distribueront des avantages en échange de votre butin, ou exauceront vos souhaits en renforçant votre puissance ou votre barre de vie. Mais parfois, ils seront au service des morts-vivants et vous balanceront des boules de feu mortelles. À moins que vous ne les retourniez contre vos ennemis. Mais à quel prix ?
Gameplay
Bienvenue à Agrabah
Les niveaux du jeu sont créés de manière procédurale, apportant toujours son lot de surprises, mais aussi une rejouabilité certaine tout en essayant de varier vos coups afin de trouver la meilleure solution pour éliminer au plus vite vos ennemis et mettre la main sur tous les trésors d'une zone.

Tout cela est bien entendu soutenu par une bande musicale rythmée aux consonances orientales. L'association du fouet, de ses possibilités et d'une autre arme permet d'envisager des stratégies de combat adaptées à tous les styles.


Côté difficulté, vous serez servi ! Le titre est du niveau des jeux des années 80/90. Fort heureusement, vous avez la possibilité de désactiver certains handicaps nommés fardeaux qui vous permettront au moins de facilement récolter la majorité des succès à 150G près. Ce succès étant réservé au niveau de difficulté maximal. Le second dans le classement du plus difficile au plus facile est affiché à 125G. Tous les autres peuvent se faire aisément durant vos pérégrinations.
Conclusion
City of Brass a le goût d'un Prince of Persia moderne, en 3D, et bien plus proche des origines de la licence que les suites proposées par Ubisoft.

Le titre est affiché à 19,99€. Un bon prix pour le joueur qui aime les défis et qui en prime souhaite récolter un peu plus de 725G en quelques heures.
Note 7/10
On aime
- L'ambiance
- Le gameplay à 2 armes
On n'aime pas
- La répétitivité des morts-vivants
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
City of Brass
Packshot de City of Brass sur Xbox One
Date de sortie française 04 mai 2018
Genre : FPS
Dev. : Uppercut Games
Edit. : Uppercut Games
City of Brass Compatible HDR sur Xbox One S
PEGI 12
1 joueur hors ligne