Ōkami HD (Xbox One)

par Joki style
Chef d’œuvre incontournable pour certains, concept original mais maladroit pour d’autres, le titre du studio Clover se refait une beauté sur nos consoles nouvelle génération. L’éditeur Capcom rebaptise sobrement ce portage Okami HD. Initialement sorti en 2007 sur PS2, puis en 2008 sur Wii, le titre a également connu un portage HD sur PS3 en 2012. Au-delà de l’aspect visuel, les remakes (s’il en est question ici) n’apportent souvent pas grand-chose de plus qu’une amélioration des graphismes sans remaniements majeurs. Que vaut cette version Xbox One, sublime-t-elle cette œuvre vidéoludique à sa juste valeur ou est-ce juste une hype marketing ?
Connu comme le loup blanc
La plupart des passionnés de jeux vidéo connaissent Okami et la presse spécialisée n’a pas manqué d’éloges lors de la découverte de ce jeu. Le titre est un mélange d’action/aventure inspiré des aquarelles japonaises traditionnelles et du Shinto, d’anciennes croyances religieuses du Japon. Le personnage principal d’Okami est une déesse louve, Amaterasu, inspirée de la déesse shintoïste du même nom.

L’introduction vous conte l’histoire du village Kamiki vivant sous le joug d’Orochi, un démon dragon à huit têtes qui réclame chaque année une vierge en sacrifice. Puis, le combat légendaire entre Orochi et le guerrier sauveur du village épaulé par une mystérieuse louve blanche. Le jeu débute alors un siècle plus tard, après que le démon ait été libéré de son sort d’emprisonnement.


Vous incarnez donc ce loup blanc, éveillé par Sakuya, l’esprit protecteur du village Kamiki, afin de rendre couleurs et vitalité à un monde envahi par les ténèbres à la suite de la résurrection du puissant démon, le dragon octocéphale. Votre quête sera dans un premier temps de retrouver les techniques du pinceau magique pour combattre les ténèbres. Accompagné dans votre quête par une sorte de lilliputien nommé Issun, un artiste ambulant qui fera office de narrateur, vous devrez combattre toutes sortes de Yokai, des créatures surnaturelles issues du folklore japonais dont la morphologie est la plupart du temps associée à des animaux.

Le scénario est construit sur plusieurs histoires et légendes du folklore japonais pour un univers onirique qui ne manque pas de charme. Ainsi, l’histoire principale se compose de nombreuses quêtes annexes qui s’imbriquent parfaitement dans la trame du jeu. Okami est clairement une réussite en terme de scénario, mêlant habilement les codes du jeu d’aventure avec ceux du récit. On enchaînera alors entre les phases d’exploration, les résolutions d’énigmes, les mini-jeux et les phases de combat contre les Yokai sans baisse de rythme lors du cheminement global. Doté d’un humour à plusieurs degrés de lecture, Okami séduira petits et grands. On regrette malgré tout un langage yaourt avec des sonorités agaçantes en guise de doublage des voix des personnages ; fort heureusement ce petit désagrément sonore peut être modifiable via les options du jeu en réglant le son des dialogues au minimum. Enfin, l'autre point négatif s'il en est concerne l'introduction qui n’en finit pas (on s’impatiente de pouvoir prendre le jeu en main, écoutant les dialogues à rallonge).

Flower power et coups de pinceaux
Le gameplay d’Okami est globalement classique, la seule particularité du jeu concerne l’utilisation du pinceau céleste qui permet toutes sortes d’originalités. En effet, en maîtrisant les différentes techniques du pinceau, vous pourrez au fur et à mesure de votre avancée dans le jeu enrichir votre palette artistique pour résoudre de nombreuses énigmes et explorer de nouvelles zones. Ainsi, vous pourrez trancher les objets et les ennemis à distance grâce à la lame lumière, créer un soleil pour chasser la pénombre, un nénuphar pour marcher sur l’eau, faire fleurir la végétation, vous accrocher à certaines plantes volantes grâce à une liane et j’en passe. En utilisant le pinceau céleste, l’écran se fige et vous pouvez ainsi interagir avec l’environnement en peignant sur l’écran. Un gameplay original certes, mais beaucoup trop approximatif et peu évident à la manette les premières heures de jeu. Ce défaut du maniement du pinceau aurait pu être corrigé pour parfaire ce chef-d’œuvre vidéoludique, mais il n’en est rien sur cette version 3.0, dommage.

Lors de l’exploration, les ennemis sont visibles sur la map, représentés par un esprit associé à un rouleau de parchemin vert. Lorsque l’on entre en contact avec ces entités fantomatiques, le combat se lance dans une enceinte virtuelle délimitée par un sceau maléfique. Une brèche est toutefois présente vous permettant de fuir le combat si vous le désirez en attaquant cette dernière. Les combats sont généralement contre plusieurs adversaires qui ont chacun leur particularité. Pendants ces confrontations, outre les techniques au corps à corps, il est également possible de figer le temps en dégainant le pinceau céleste afin d’utiliser des techniques comme la lame lumière.

Voici une petite vidéo de gameplay pour illustrer tout cela :

Technique 3.0
Techniquement, le titre de Capcom est plutôt joli, n’accusant pas trop les années passées. Pour cause, les graphismes en cel-shading subliment le visuel des estampes japonaises du jeu et flattent la rétine. Le rendu donne une impression de pastels peintes tout en mouvement et le lifting HD gomme au passage les petites imperfections pixelisées des versions précédentes. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il s’agit là d’une énième monture après un portage HD sur PS3. Il est donc légitime d’attendre encore plus de cette version sur console actuelle pour un résultat optimal et irréprochable. Malgré tout, l’image souffre parfois d’effets légèrement floutés et de couleurs un peu pâlottes à mon goût. La version utilisée pour ce test tourne en 720p sur Xbox One S. En comparaison, le jeu tourne en 4K sur Xbox One X et je pense que le titre prend toute son ampleur sur cette dernière. Cependant, Okami reste un véritable chef-d’oeuvre visuel avec une identité graphique forte et particulière. En prime, ce portage HD permet de choisir entre un rendu en 4/3 (jeu dans sa version d’origine) ou 16/9e. On regrette également une caméra un poil capricieuse et parfois difficile à dompter, un autre point qui aurait pu être corrigé pour cette version HD.

La durée de vie du jeu est assez longue, Okami est généreux en quêtes, en mini-jeux, en trésors à découvrir. Comptez une quarantaine d’heures pour en voir le bout, voir plus si vous cherchez à découvrir tous les secrets du jeu et par la même occasion à débloquer tous les succès. Ces derniers sont nombreux, 51 succès en tout dont la plupart sont liés au cheminement de l’histoire et d’autres aux collectibles (animaux à trouver et à nourrir, pêche, trésors, perles errantes…).

L’OST du jeu est très bien conçue et possède des thèmes propres à chaque phase de jeu pour un ensemble très varié. Dans une ambiance musicale très traditionnelle au Japon, les phases d’exploration sont bercées par un ravissement sonore contemplatif, tandis que les combats seront propices à de belles envolées lyriques, un vrai régal pour les amateurs de musique instrumentale.
Conclusion
Puisant ses inspirations à de nombreux éléments de la licence Zelda, Okami possède malgré tout une identité propre qui en fait un jeu si particulier. Son gameplay original à coups de pinceau, ses graphismes pastels en cel-shading rappelant les estampes japonaises pour une direction artistique peu commune, ses touches de RPG ainsi que ses diverses quêtes qui ponctuent l’aventure en font un jeu au fort potentiel de séduction. Les nostalgiques se replongeront avec délice dans cette aventure et ceux qui ne connaissent pas encore Okami n’ont plus d’excuse pour ne pas s’y jeter à corps perdu !
Offline
17
On aime
- Joli visuellement
- Bonne durée de vie
- L’OST de qualité
- Beaucoup de choses à découvrir
- Humour japonais bienvenu
On n'aime pas
- Introduction trop longue
- Pas de doublage des dialogues : langage yaourt agaçant
- Caméra capricieuse
- Maniabilité du pinceau beaucoup trop approximative
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Ōkami HD
Packshot de Ōkami HD sur Xbox One
Date de sortie française 12 décembre 2017
Genre : Action / Aventure
Edit. : Capcom
PEGI 12