Iron Wings (Xbox One)

par TinouCLT
Iron Wings débarque un petit peu comme un cheveu sur la soupe sur notre console. Peu de communication autour du titre de la part du studio Naps Team, ce qui n’empêche pas les amateurs du genre de s’intéresser au jeu. Les spécialistes de dogfight attendent sûrement Ace Combat 7, mais Iron Wings a des arguments qui peuvent constituer une alternative en attendant le jeu de Bandai Namco.
Une campagne immersive
Que ce soit clair et net, Iron Wings se compose uniquement d’un mode Campagne. Point de multijoueurs. On note tout de même la présence d’un mode Libre et mode Arcade, mais ces derniers ont un intérêt plus que limité. Voilà, c’est tout en ce qui concerne les possibilités en termes de modes de jeu.

Le scénario se déroule durant la 2e Guerre mondiale, on incarne Jack et Amelia, deux amis d’enfance. Les débuts de l’histoire sont poussifs… On ne rentre pas de suite dans l’intrigue et il faut dire que la qualité des cinématiques d’introduction est tantôt géniale, tantôt médiocre. Chaque mission commence avec l’interview de Jack par un journaliste qui se situe de nos jours, ces séquences ne marchent pas, la mayonnaise ne prend pas et on attend qu’une seule chose : prendre le contrôle de notre avion.

Heureusement, les cinématiques in-game sont mieux mises en scène et l’immersion est efficace. Le jeu ne se contente pas de proposer des plans cinématographiques centrés sur les avions, mais on assiste à diverses scènes de vie des années 40.

Au final, je ne saurais trouver les raisons qui m’ont poussé à me lancer dans les missions d’Iron Wings. La narration n’est pas super efficace bien que la structure soit réfléchie. La première mission introduit le personnage de Jack et la deuxième celui d’Amelia. Le jeu ne commence véritablement qu’à la troisième mission où on comprend ce qui fera le sel d’Iron Wings : switcher instantanément entre les deux personnages.

Et c’est là que l’absence de mode coopération se fait cruellement sentir. J’aurais adoré prendre part aux différentes missions de la campagne avec un ami, surtout que le principe du jeu s’y prêtait à merveille…

Les missions sont diverses et les situations sont nombreuses. On prend plaisir à remplir les différents objectifs même si un timer vient régulièrement sanctionner d’un game over les joueurs prenant trop de temps à les réaliser. Mécanique étrange et bizarre qui ne plaira pas à tout le monde. On note la présence d’objectifs secondaires totalement optionnels, mais qui rapportent quelques dollars afin de pouvoir acheter un nouvel avion, de nouvelles armes ou une peinture afin de se camoufler aux yeux de l’ennemi. Ce dernier aspect n’est pas que cosmétique puisque cela aura un impact sur les dégâts que vous subirez.

Dernier point qui me paraît important de vous signaler, le rythme de l’aventure est assez particulier avec des missions qui peuvent durer cinq minutes ou bien une bonne heure de jeu. Point positif : on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre dans Iron Wings. D’un autre côté, la narration est plutôt décousue.
On s’envoie en l’air
Les sensations de gameplay sont agréables, car le jeu retranscrit bien l’aspect vintage des avions que l’on contrôle. On affrontera à la fois des avions ennemis bien entendu, mais également des troupes au sol et des infrastructures.
On distingue deux types de gameplay : Jack est plutôt du genre mitrailleur. Il s’occupe des troupes au sol et des avions ennemis tandis qu’Amelia est la seule à avoir la possibilité de bombarder les objectifs au sol. On switch donc d’un personnage à l’autre en fonction du type d’ennemi que l’on doit affronter.


Il faut dire que l’on n’a pas trop le choix d’ailleurs… En quelques affrontements, l’avion de notre héros est considérablement touché par les tirs ennemis. En switchant de personnage, on laisse au repos l’autre avion afin que celui-ci récupère sa barre de vie.

On note d’ailleurs la possibilité d’assigner une cible à notre coéquipier IA qui se chargera de le détruire. Encore une fois, on se retrouve obligé d’user de la mécanique, car il sera difficile de venir à bout de tous les ennemis seul avant le déclenchement du fameux timer précité plus haut. Ce qui n’est pas non plus une tâche trop pénible puisque l’IA se montre efficace au combat.

Toutes les mécaniques liées au dogfight sont présentes : verrouillage d’ennemis, manœuvre d’évitement, séquence de décollage, etc. On retrouve même un système intéressant pour abattre les ennemis en vol ou au sol qui consiste à ralentir l’action afin de nous laisser le temps de détruire avions, infanterie ou véhicules. Ce dernier se déclenche en remplissant une jauge circulaire lorsque l’on tire sur un ennemi. Plutôt bien pensé, il permet de rendre les combats intenses même si une certaine répétitivité pointera le bout de son nez vers la fin de l’aventure.
Techniquement solide
Iron Wings est un jeu indépendant et on peut dire que la finition est surprenante. Aucun bug ne vient entacher la progression, le framerate est constant et les contrôles à la manette sont précis. Les temps de chargement sont un poil trop présents et longuets par moments, mais on s’y habituera.

Visuellement j’ai trouvé le titre très réussi. Les avions sont modélisés avec soin, mais ce sont surtout les environnements qui impressionnent. Il faut dire que le dernier titre d’avions auquel j’ai joué proposait des sols en 2D avec des textures dégueulasses. Vous pouvez toutefois apercevoir la modélisation de New York dans le montage ci-dessus et force est de reconnaître que le travail effectué est bluffant.

Au premier regard, on ne se rend pas bien compte de la qualité des graphismes en raison de l’aspect terne et sombre d’Iron Wings. Toutefois, la vue cockpit est classe, on voit les gouttes perlées sur les vitres et l’immersion est au rendez-vous.

La partie sonore est fidèle à l’esprit du titre : retranscrire les combats aériens de l’époque. Les moteurs rugissent et pétaradent comme il se doit, les tirs de mitrailleuse nous en mettent plein les oreilles, c’est la guerre et cela s’entend ! Les musiques ne sont pas franchement épiques, mais font le job.

J’ai apprécié Iron Wings pour ce qu’il a la prétention d’être : un petit jeu indépendant qui veut nous faire vivre les aventures de deux protagonistes en rendant le tout très immersif. Du coup je trouve que l’investissement de 23.99€ n’est pas immérité et le tarif reflète bien la qualité du titre.

Les chasseurs de succès pourront se pencher sur le titre lors d’une future promotion puisque les 35 succès sont faciles et les 1000G sont donc largement possibles pour chacun d’entre vous.
Conclusion
Iron Wings est suffisamment varié dans ces missions, bénéficie de visuels réussis et surtout de sensations fidèles pour que l’on s’arrête dessus le temps d’une campagne qui se veut immersive. On lui reprochera l’absence d’un mode coopération et un manque de contenu, mais l’investissement de 23.99€ n’est pas illogique au regard du plaisir que procure ce titre. Une bonne alternative à tous ceux qui attendent Ace Combat 7 !
Offline
13
On aime
- Immersif
- Visuellement réussi
- Campagne sympathique
- Le duo Jack / Amelia
On n'aime pas
- L'absence de coopération
- Vite bouclé
- Un scénario anecdotique
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Iron Wings
Packshot de Iron Wings sur Xbox One
Date de sortie française 06 octobre 2017
Genre : Action
Dev. : Naps Team
Edit. : Naps Team
PEGI 7
1 joueur hors ligne