BLEED 2 (Xbox One)

par ReapingTsi
La serie Bleed est le bébé d’un développeur indépendant, Ian Campbell, un trentenaire canadien fondateur du studio Bootdisk Revolution, qui a commencé à créer des jeux en 2008 grâce à Microsoft et son programme d aide aux développeurs indés, le XNA. Bleed 2 reprend le principe de son aîné sorti en 2012 et propose un run & gun orienté boss fight, typé twin-stick shooter, nerveux et dynamique. Le jeu se compose de niveaux dans lesquels votre progression sera notée en fonction de votre skill. Énième proposition d'un genre déjà bien représenté sur le marché indé, le jeu se doit donc de posséder de solides arguments pour miroiter l'espoir de sortir du lot. Comment se positionne alors ce Bleed 2 ? Fan de jeux aux mécaniques bien huilées et intéressantes, le développeur parvient-il lui-même à proposer un gameplay apte à vous faire craquer ? Ce sont quelques-unes des interrogations auxquelles le test qui suit va tenter de répondre.
Wryn is coming... Girl power!!
Imaginez-vous en train de jouer sur votre console favorite, lorsque tout à coup une attaque d'envergure mondiale vient vous déranger en plein kiff’. Vous prendriez dès lors naturellement, à l'instar de l'héroïne du jeu Wryn, votre paire de flingues et votre sabre, afin de punir cet intolérable manque de savoir vivre et cela ne serait évidemment que justice ! Avec un titre de plus grande héroïne du monde en poche à la suite du premier volet, notre petite avatar aux cheveux roses est plutôt du genre à tirer avant de poser les questions. Ni une ni deux, la voici aux trousses des assaillants, animée par la ferme volonté de prouver une nouvelle fois ses talents à la face du monde. Toute l'attention se focalise alors bien logiquement sur Wryn, par le biais d' un journal télé servant de récapitulatif à l'avancée de son carnage. Ce décor planté, c’est alors à vous qui incarnez cette vaillante guerrière des temps modernes, de partir en guerre pour avoir la paix et le loisir de pouvoir enfin terminer votre partie.


Pour mener à bien sa quête de vengeance Wryn dispose d’un petit éventail d'armes et de capacités, associées à des sauts à mi-chemin du dash et orientable à 360°, qu’elle pourra enchaîner jusqu'à 3 fois avant de devoir reprendre appui. Munie de base de pistolets auto et d'une épée, la protagoniste pourra diversifier quelque peu son arsenal et ses habiletés une fois le mode histoire terminé dans les différentes difficultés. Cela dit ne vous attendez pas à pléthore de possibilités non plus mais cela suffit à varier les plaisirs. Ce petit nombre est contrebalancé par l'approche sensiblement différente que nécessite tel outil de tuerie ou telle compétence en fonction des situations rencontrées. D'ailleurs les armes peuvent être changées à la volée et disposent parfois d’un mode de tir secondaire. Si Wryn n'est pas à votre goût, vous pourrez alors opter pour d'autres personnages déblocables, dont les compétences peuvent différer de cette dernière. Les ennemis quant à eux possèdent des patterns très marqués et peu nombreux facilitant leur mémorisation et compréhension.
Votre progression aura lieu au travers de niveaux en scrolling horizontal à la conception simple vous menant jusqu'à un boss qu’il vous faudra alors terrasser dans son arène. Le level design assez sommaire n'exploite pas à sa juste valeur les talents aériens de l'héroïne. Le jeu mise davantage sur ses échanges de tirs et ne met que trop rarement à contribution les environnements pour apporter un supplément de challenge. Cette simplicité de construction aide en revanche à garder votre attention sur les nombreux ennemis dont les tirs parfois nourris, sont de deux couleurs distinctes. Si la jaune est synonyme de dégâts et donc d'esquive de votre part, la rose peut quant à elle être renvoyée, à l'aide du sabre, dans la face de l'expéditeur si vous parvenez à être dans le bon tempo. Les tirs et renvois se font simultanément à l'aide du stick droit. Ajoutez à cela la possibilité de ralentir le temps à la demande et vous obtenez un jeu dynamique aux nombreuses possibilités, qui ne révèle son véritable potentiel que dans les difficultés les plus élevées. Ces dernières exigeront une certaine dextérité ainsi qu'une connaissance des capacités et armes accrue, ou chaque mort ne pourra être reprochée qu’à vos égards de concentration et non au jeu. La force du soft réside bien en son gameplay, une réussite qui se révèle prenante grâce aux possibilités qu'offrent l'équipement et surtout le contrôle total de Wryn. Vraiment très plaisants, l’usage de multiples sauts et autres dashs saupoudrés d’un zest de contrôle temporel, renforcent un côté très porté sur l'action rapide ou timing et mouvements ont donc une importance cruciale.
On se connaît ?!
Affichant un joli style old-school sans pour autant verser dans le pur pixel-art, Bleed 2 ne se distingue pas particulièrement par son identité visuelle assez commune pour le genre. A l'occasion le soft en profitera pour glisser quelques clins d'œil à Mario et Dragon Ball pour ne citer qu'eux. Le design des quelques différents ennemis, soldats et robots pour la plupart, est plutôt quelconque et risque de ne pas marquer les mémoires, à l image des niveaux qui disposent d'environnements assez génériques la plupart du temps et sans grandes folies. Buildings, vaisseau spatial, etc..., sont des lieux familiers et récurrents aux jeux vidéos, les quelques décors proposés, aux arrières plans animés, auront tout de même le mérite d’apporter un peu de diversité visuelle à l'aventure. On ressent clairement que l attention de Mr. Campbell s’est davantage portée sur le fond plus que la forme qui malgré tout, fait de son mieux et n’est pas sujet à critiques outre-mesures passé ce constat. Point autrement plus important, le jeu ne déplore aucun ralentissements et ce même lorsque l’action submerge l’écran, la fluidité reste bonne et les actions lisibles. Les temps de chargements sont insignifiants. Le soft ne vous prendra pas en défaut sur un problème technique, aucun élément important en jeu, tir ou position de personnage, ne pourra échapper à votre vigilance sous ce prétexte. Les effets visuels sont simples mais contribuent à la bonne vue de ce qu’il se passe a l'écran. La partie technique est donc satisfaisante mais se fait au détriment d’une personnalité un peu effacée et fourre-tout dont quelques personnages telle Wryn ou le présentateur du journal tentent de remédier, un peu en vain.
La partie sonore rétro à souhait, qui est l'œuvre de Jukio Kallio est réussie et énergique, à l'image de la philosophie du titre. Les pistes qui se succèderont au fil des niveaux ne deviennent jamais envahissantes ou trop redondantes et sont adaptées aux situations rencontrées, c'est-à-dire explosives. Les effets sonores sont en accord avec le reste de l'aspect musical et participent à la compréhension globale tel le signal auditif du renvoi des tirs ennemis. L'ambiance musicale ne souffre pas de reproche particulier. Seuls les menus sont traduis mais quelques notions basiques d'anglais vous suffiront à comprendre une histoire qui de toute façon tient sur un timbre poste.

On remet ça ?
Au menu, Bleed 2 propose 4 modes pour quatre difficultés, la première n'étant pas assumable socialement tant son intérêt relève de la ballade de santé. La plus corsée est domptable par le joueur qui s'en donnera les moyens, respectez le gamer en vous et commencer directement par difficile! Le principe du jeu tend naturellement vers la rejouabilité et propose une durée de vie en accord avec ce dernier. Comptez environ 2 heures en normal, plus du triple pour la difficulté max. Ceci concerne le mode principal intitulé histoire et cela sans compter l'obtention des meilleurs scores réclamant naturellement plus d’implication. Le mode arcade propose de son côté de finir l'aventure avec une seule vie… un seul mot : courage ! Un autre choix, le bien nommé défi, sera le théâtre d'un affrontement entre 3 boss simultanément et vous ! Dernier mode et pas des moindres, « sans fin » soumet le joueur à 5 niveaux générés de manière procédurale, brisant la redondance d’un possible douzième run sur l'histoire, une excellente alternative. Bleed 2 dispose également de modificateurs appelés mutators relevant quasiment du cheat et qui désactivent donc les succès mais quelques uns sont fun. Cerise sur un gâteau déjà fort conséquent, un mode 2 joueurs est disponible permettant à deux amis de coopérer, en local uniquement, pour profiter de ce qu'offre le titre, rendant l'action un peu plus confuse fort logiquement.

Le jeu comporte 33 succès pour 1000G, dont l'obtention de certains d'entre eux réclamera obligatoirement plusieurs runs, pas mal de patience ainsi que de solides nerfs. Une poignée de succès sont secrets.
Conclusion
Bleed 2 est un jeu agréable et prenant, articulé autour d'un gameplay bien pensé, qui vous motivera à progresser tant il est réussi. Ses qualités occultent un petit déficit en personnalité dont vous oublierez bien vite le manque, privilégiant un contenu efficace à un emballage assez commun. Un petit jeu indé très recommandable et dont le prix correct est cohérent avec l'offre. Délivrant un plaisir de jeu instantané, c'est un bon choix pour les amateurs d'action. Good job comme on dit !
Note 8/10
On aime
- Son gameplay
- Son contenu : personnages, armes, modes..
- Sa bande-son vous pousse à l’envie de faire mieux
- Du multi local
On n'aime pas
- Un léger manque d'identité
- Les deux premières difficultés dérisoires
- Un level design pas assez exploité
- L'histoire un peu courte
- Pas de multi online
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
BLEED 2
Packshot de BLEED 2 sur Xbox One
Date de sortie française 09 février 2018
Genre : Action / Aventure
Dev. : Digerati
Edit. : Digerati
PEGI 12
1 à 2 joueurs hors ligne - Coop hors ligne