Ys Origin (Xbox One)

par Joki style
Saga aux multiples épisodes, ce prequel fait la lumière sur les événements survenus 700 ans avant le premier opus. Ce portage est une aubaine pour les fans de la série et une occasion à saisir pour les adeptes de RPG qui ne connaissent pas Ys. En effet, la richesse du scénario de cette licence s’étale sur plus de 30 années avec pas moins de 16 épisodes ! Ce spin-off permet donc de poser les bases en nous présentant le début de l’histoire de la licence.
Comme toutes fondations, cet épisode porté sur Xbox One se doit d’être solide en sublimant l’œuvre originale. Avons-nous là un portage réussi ?
HAUT YS, LA TOUR DÉMONIAQUE
Ys est une île où vit une civilisation empreinte de magie. Suite à une invasion de démons, l’île se fait submerger par le chaos. Afin de protéger ses insulaires, les déesses Feena et Reah vont utiliser la perle noire, un puissant artefact, source de la magie d’Ys pour mettre l’île hors d’atteinte de toute menace en la faisant s’envoler dans les cieux. Non loin de se décourager, les forces obscures composées de nombreux démons vont ériger une tour pour atteindre Ys et s’emparer de l’artefact.

Vous incarnez au choix Yunica Touah, petite fille d’un grand prêtre et fille d’un chevalier saint de renom ou Hugo Fact, un magicien descendant de la grande et réputée lignée des Fact. Accompagné par un groupe de chevaliers et de sorciers, vous êtes envoyé sur l’île d’Ys afin de retrouver les deux déesses qui ont disparues entre temps avec la perle noire. Ce sera également l’occasion d’endiguer la menace démoniaque au sein de la tour. Pour cela, Yunica propose un combat au corps à corps, tandis qu'Hugo restera plus à distance des ennemis en leur envoyant des projectiles.

L’approche scénaristique est plus ou moins différente selon que vous choisissez d’incarner Yunica ou Hugo. Un troisième personnage sera jouable une fois les deux premiers scénarios terminés, de quoi étoffer davantage le background du titre avec des points de vue différents. Cependant, l’exploration des donjons restera identique d’un personnage à l’autre.
Gameplay

YS ORIGIN EN CINQ POINTS
Comme tout bon hack’n’slash, les boutons de votre manette risquent d’en prendre un coup et notamment la touche X du pad qui servira à attaquer. Le gameplay sans être raffiné est plaisant et surtout très simple à prendre en main. Malgré tout, son côté répétitif vous lassera assez vite. Quelques subtilités donnent un peu de saveur à ce gameplay soporifique, par exemple les attaques élancées, ascendantes et descendantes (peuvent étourdir la cible). Un mode boost s’activera (via une jauge de boost à remplir) en appuyant sur Y afin d’améliorer temporairement vos capacités. À cela s’ajoutent des talents élémentaires (vent, foudre et feu) pour exploiter les faiblesses des ennemis grâce à des attaques spéciales. Le saut et le double saut sont aussi de la partie contribuant à rendre le gameplay plus nerveux. Quelques phases de plateformes viennent pimenter votre exploration, mais ces dernières sont parfois hasardeuses.


Toute l’aventure se déroulera dans la tour démoniaque, dans un univers en 3D avec une vue isométrique. Seuls les personnages sont en 2D rappelant fortement l’ambiance rétro gaming des jeux 16 bits. C’est un choix plutôt risqué qui certes plaira aux fans des RPG à l’ancienne comme Secret of Mana, mais qui ne sera peut être pas au goût de joueurs plus jeunes recherchant avant tout la plastique d’un tel jeu comme les titres actuels (Final Fantasy pour ne citer que lui). Cependant, on ne peut pas ignorer les efforts fournis sur le travail esthétique du soft. Certes plus joli qu’en 2006 (vous allez me dire heureusement !), il tourne en 1080p sans broncher. Le confort de jeu est donc appréciable, sans ralentissements et doté de temps de chargement quasi nuls. Toutes ces petites attentions contribuent donc à nous faire oublier un temps soit peu le poids de l’âge d’Ys Origin. Chaque étage de la tour s’apparente à un thème particulier (le feu, l’eau, le sable…) permettant ainsi de varier l’esthétique et surtout d’éviter de lasser le joueur qui aurait la forte impression de tourner en rond dans une tour monotone.

La bande-son du jeu est agréable, dans les standards de jeux du genre, mais elle ne laissera pas d'empreinte indélébile et aurait mérité des mélodies plus accrocheuses.

Un point non négligeable concerne le bestiaire, bien garni et assez varié dans l’ensemble. À noter que le pattern des monstres variera un peu en fonction de la difficulté sélectionnée. On compte un peu moins d’une centaine de monstres différents, il y a donc de quoi se faire plaisir ! C’est aussi sans compter sur les boss de chaque étage de la tour ; ces derniers vous donneront un peu plus de fil à retordre et demanderont une certaine patience et un sens de l’observation. En effet, les gros méchants boss sont de véritables sacs à PV et devront être appréhendés de manière plus subtile que le reste des monstres afin de trouver la bonne technique pour les battre. Rien d’insurmontable, mais les premières confrontations risquent d’aboutir sur un game over si vous foncez tête baissée !

La durée de vie du jeu n’est pas folichonne pour un RPG : il vous faudra environ 8 à 10 heures pour boucler l’histoire, mais c’est sans compter sur la rejouabilité. En effet, trois personnages sont jouables et c’est donc trois points de vue différents qui vous permettront ou pas de creuser un peu le scénario du jeu. À cela s’ajoute un mode Time Attack, débloquable une fois le jeu terminé, tout comme le troisième personnage.

Enfin, je terminerai sur les succès qui comme tout bon RPG vous demanderont un peu de votre temps pour tous les obtenir. Le jeu en compte 30 au total pour 1000G de gamerscore.
Conclusion
Ce portage d’Ys Origin a de bons arguments pour les fans de la série, mais aussi pour celles et ceux qui apprécient les titres de l’âge d’or du RPG à l’ancienne. Son gameplay accessible et nerveux, et son scénario qui pose les bases de la série marquent de bons points pour séduire ce type de public. En revanche, son esthétique un peu limitée nous rappelle le poids des années du titre. À cela s’ajoute un gameplay répétitif qui se résume à spammer le bouton d’attaque. Malgré un effort pour proposer quelques variables comme les talents élémentaires et le boost, cela ne suffit pas à servir la subtilité. Cependant, on retiendra des combats acharnés contre les boss qui seront de nouveaux à l’honneur dans le mode Time Attack.
Ys Origin s’adresse avant tout à un public particulier qui aime le genre ou tout simplement la licence. Il ne fait donc pas entorse à sa réputation de série de niches avec ce portage un poil paresseux.
Note 6/10
On aime
- Trois personnages jouables
- Trois points de vue scénaristiques
- Gameplay nerveux et accessible
- Bestiaire bien garni
- Mode Time Attack
On n'aime pas
- Visuellement daté
- Gameplay répétitif
- Pas de choix alternatifs dans le scénario
- Progression identique avec les trois personnages
- Un multi local aurait été le bienvenu
Status Xbox Live
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Ys Origin
Packshot de Ys Origin sur Xbox One
Date de sortie française 11 avril 2018
Genre : RPG
Dev. : DotEmu
Edit. : DotEmu
PEGI 12
1 joueur hors ligne