XBOX LIVE    JEUX    TUTOS    FORUMS    BOUTIQUE
Test de Gears of War 3
par Lud0
Epic Games, à qui l'on doit le sublimissime Unreal et forcément l'Unreal Engine, a bouclé pour Microsoft Games la trilogie des Gears of War avec cet opus paru ce 20 septembre 2011, soit quasiment cinq ans après le premier.
Attendu avidement par de nombreux fans, il s'agit tout bonnement de l'un des jeux les plus pré-commandés sur Xbox 360.

Les deux premiers épisodes de ce third person shooter ont porté haut les couleurs de la Xbox, mais ce dernier sera-t ‘il à la hauteur et nous apportera-t'il les réponses tant attendues ?
Marcus & co
Non, je ne vais pas vous révéler le fin de l'histoire, ni comment ils vécurent, ni comment ils sont morts, mais je vais vous parler de tout le reste.

L'histoire se déroule donc environ deux ans après la fin de Gears of War 2 et on retrouve l'équipe sur un bateau nommé le Faucon Noir. Tout débute alors sur un cauchemar de Marcus, que l'on découvre alors en prison, dans lequel il essaie de sauver son père. Il est réveillé car le capitaine qui le demande avec le reste de l'équipe sur la passerelle afin de leur annoncer la venue du Président Prescot. Ce dernier lui remettra après quelques petites péripéties un enregistrement sur lequel son père est toujours en vie et annonce avoir une solution pour éradiquer le mal.
Les membres du CGU vont alors tout mettre en œuvre pour le retrouver et je vous laisse découvrir la suite. Le scénario, bien que basique tient tout de même bien la route. D'autant plus que l'action permanente le soutien très aisément avec l'arrivée des "lambants" depuis la fin du précédent épisode. Nous découvrirons par ailleurs de nouveaux ennemis tels que les Polypes (sorte d'araignées) ou des tiges composées de poches qui lorsque leur contenu arrive à maturité libère des "Drudges".

Pour compenser cela, de nouvelles armes feront leur apparition. On commencera par celle découverte dans la bêta multijoueur il y a quelques mois de cela, le Retro-Lancer. Sans toutes vous les révéler, une autre arme marquante réclamera l'attention de deux personnages de l'équipe : le Canon Vulcain ; car tout au long de l'aventure, vous ne serez pas seul, même dans la campagne solo. Vous et trois de vos compagnons effectuerez toutes les missions. Ces derniers seront remplacés par vos amis ou par d'illustres inconnus si vous lancez une partie coopérative ouverte.

Du côté du mode campagne, on trouvera deux principaux modes de jeux : la campagne classique à faire en solo ou en coopération, mais aussi une version arcade de cette dernière selon les mêmes options. En arcade, vous cumulerez des points en fonction des actions réalisées et les enchaînements augmenteront alors votre coefficient multiplicateur. Le but étant non seulement de réaliser la campagne au complet, mais aussi de faire "péter" le score dans les tableaux de classement en ligne.
A 4, O.K, mais à 10 ?
Du côté du multijoueur, nous retrouvons les modes classiques du précédent opus avec un mode Horde remanié et nommé à juste titre Horde 2.0. Ce dernier est jouable à 5 et la petite nouveauté concerne l'arrivée d'une monnaie dans le jeu et la possibilité de mettre en place différents types de défenses. Cela débute par de simples pieux que vous pourrez "up-grader" en barbelés puis en barrière laser en fonction de votre niveau. Vous aurez aussi accès à des armes défensives ou des leurres, attirants alors les ennemis que vous n'aurez plus qu'à dégommer tranquillement. Chaque travail effectué sur ces éléments vous rapportant de l'expérience dans ces différentes catégories de défenses. Chaque monstre éliminé vous rapportant alors de l'argent que vous pourrez réinvestir dans les niveaux suivants. Tous les dix niveaux, un boss fera son apparition et vous apportera un défi supplémentaire à relever.

Epic a également pensé aux amoureux des monstres puisqu’un mode Bestial a été mis en place. Kézako ? Un mode Horde inversé. Vous n'incarnerez plus un membre du CGU mais un Locuste. Plus vous tuerez de CGU, plus vous amasserez d'argent et plus vous aurez accès à des monstres de plus en plus puissants. L'autre nouveauté du multi est nommée Match à Mort. Reprenant toutes les règles du Deathmatch, vous n'aurez accès qu'à un certain nombre de jetons de retour à la vie par joueur. L'équipe qui n'en a plus perd bien évidemment la manche.

On retrouve ensuite les classiques modes Zone de Guerre (Deathmatch), Exécution, Roi de la Colline, et pour finir Capture the Leader qui, dans cet opus, vient de la fusion des modes Fugitif et Leader en un seul.
Tous ces modes sont disponibles sur les dix cartes présentes par défaut avec le jeu.
Synchro Engine 0.5
Si l'on connait les capacités des moteurs d'Epic Games avec les précédents opus, on ne sera pas dépaysé par cet épisode. C'est beau, c'est fluide et les décors sont encore plus variées et colorés. Ça explose dans tous les sens et les seules remarques concernent les visages plutôt inexpressifs et les voix asynchrones.

La nouveauté technique multijoueurs de ce troisième épisode concerne les serveurs de mises en relation des parties. La plus grosse lacune du second épisode concernait le multi et les innombrables problèmes pour trouver des parties. Cette ère est révolue ! Comme vous avez pu le constater dans la bêta, le temps de recherche et de connexion est bien plus rapide. Lorsque l'hôte se déconnecte, la migration vers un nouveau 'serveur' ne prend pas plus de vingt secondes.
L'avis de Lud0
On pourrait au final en parler pendant des heures et des heures, mais nous serons tous d'accord, il vaut mieux y jouer que d'en parler. Et si certains trouvent la campagne certes plus longue, mais pas assez (elle est estimée à une dizaine d'heures), le multi les sustentera pour un bon moment, tout comme le mode Arcade. Je ne mettrais pas 20/20, mais le 19/20, tant en solo, qu'en coop ou en multi est amplement mérité de mon point de vue.
LES PLUS
- Coop à quatre
- Mode horde 2.0
- Mode Bestial
LES MOINS
- Visages inexpressifs
- Voix asynchrones
- Traduction plus que moyenne
OFFLINE 19/20
ONLINE 19/20
Suivez-nous