Xbox Live    Jeux    Forums    Boutique
Test de The Witcher 2 : Assassins of Kings
par Lud0
Le studio polonais CD Projekt Red n’est pas à son premier coup d’essai et après un épisode à succès de The Witcher sorti uniquement sur PC et abandonné sur console, il propose aux joueurs Xbox de rejoindre les aventures de Geralt de Riv dans une version étendue de la version PC. Entièrement redéveloppé pour répondre au mieux à la manette, cet épisode a failli ne pas voir le jour non plus sur notre console préférée.

Le studio a misé très fortement sur cet opus et propose un jeu en dessous de la barre des cinquante euros dès la sortie du jeu dans une seule et unique version dite Collector qui contient outre le jeu, la bande son originale sur CD audio, une carte du monde, le manuel du jeu au format papier et un guide des quêtes.
Le retour du sorceleur
Tout commence par un réveil difficile au bord d’une rivière, les vêtements mouillés. Le didacticiel vous apprend les mouvements de base et vous mènera, après la création l’utilisation d’une potion de soin sur un inconnu vers une arène. Cette dernière vous apprendra l’art du combat selon The Witcher et un dernier test adaptera la difficulté du jeu en fonction de vos capacités à combattre.

Une fois cette étape franchie, vous vous retrouvez en prison sans réellement savoir ce qui vous est arrivé. Après quelques railleries de vos gardiens, un homme s’invite dans votre cellule. Il s’agit de Vernon Roche, un membre des forces spéciales temeriennes, et ce dernier nous invite alors gentiment à coopérer et à raconter votre histoire. C’est alors que l’on découvre, petit à petit, l’aventure qui nous a mené dans cette geôle. Mais vous ne racontez pas l’histoire, vous la vivez...

Vous vous réveillerez au côté de la belle Triss Merigold, magicienne au service du roi, alors que ce dernier vous fait demander pour lancer l’attaque sur le château de la Valette dans lequel la maitresse du roi retient ses enfants. Vous suivez ce dernier dans une tour de siège et les quêtes s’enchaineront. Vous découvrirez alors dans ce prologue la mort du roi, raison de votre arrivée en prison. Vernon écoutera votre histoire et vous permettra de trouver l’assassin du roi, un autre sorceleur. Une fois votre fuite réussie, vous débuterez alors vos quêtes.

Mais voilà, le scénario débute là où le précédent opus s’était arrêté et il est délicat de saisir les tenants et les aboutissants du jeu. CD Projekt Red avait diffusé peu de temps avant sa sortie une cinématique, en anglais uniquement malheureusement, expliquant tout cela. Les joueurs non-anglophones auraient toutefois bien aimé la mêmes sous-titrée en français afin de faciliter l’immersion.

Mais qu’importe, l’Histoire avec un grand H est bien présente et emplie de cinématiques pas forcément nécessaires mais très bien réalisées qui vous permettront de saisir toute l’importance de vos décisions. Un homme que vous aurez gardé en vie pourra très bien collaborer et vous aider par la suite. Mais vous ne serez pas seul à mener toutes ces aventures et vos compagnons de route participeront également à quelques-unes de vos quêtes. On découvre dans celles-ci que toute une vie a été mise en place. Les NPCs que vous croiserez sur votre route sont autonomes et tiennent des conversations entre eux. Tout a été pensé pour rendre cet univers médiéval-fantastique vivant et unique. Un très gros travail sur l’écriture du scénario a été réalisé ainsi que sur la traduction... même si les mouvements des lèvres semblent parfois bien éloignés des paroles. Les quêtes principales sont peu nombreuses mais assez longues tandis que les quêtes annexes, en quantité conséquente prendront de quelques minutes à pas loin d’une petite heure si vous ne vous aidez pas du livre des quêtes.

Dans ces dernières, les combats seront omniprésents et les potions, pas forcément nécessaires seront d’une grande aide. L’I.A des ennemis est assez égale et vous donnera parfois du fil à retordre. Toutefois, la majorité des combats importants se dérouleront sous esquive/parade, signe d’Aard et grand lâché de coups en tout genre. Parfois l’action se transformera en QTE simpliste, un genre de faire-valoir pour une action moins importante en somme.
Moteur… Action !
De sortie un an après la version PC, cet opus Xbox 360 a subi de nombreuses modifications afin de répondre au mieux aux contrôles par une manette. Et c’est avec une grande appréhension que l’on découvre cet univers après avoir gouté à la version PC ; mais l’on découvre avec grand plaisir que l’année a été fructueuse et que les commandes s’intègrent parfaitement au format console. Toutes les fonctions viennent naturellement.

Le moteur est quant à lui à la hauteur des espérances et, même si le jeu est graphiquement en deçà de la version PC, on ne peut en vouloir au studio tant ce dernier est prenant.

Il possède bien quelques bugs, un peu de clipping, parfois des visages un peu inertes mais les cinématiques, comme je vous le disais, sont nombreuses et de belle facture. Ce qui nous font vite oublier ces petits défauts.
L'avis de Lud0
Nous voilà avec un RPG de plus sur console. Sorti six mois après Skyrim, il parait toutefois dur de rivaliser avec un tel monstre. Et pourtant, bien qu’il se déroule dans un monde moins ouvert, ce dernier a de quoi tenir la dragée haute aux gros hits du genre grâce à un scénario bien ficelé et une longévité annoncée à plus de 40h de jeu.

Il possède bien quelques défauts, mais on a plutôt tendance à vite les oublier tant l’immersion est excellente et rythmée par une ambiance sonore d’une telle beauté qu’on aurait tendance à l’oublier dans le feu de l’action.

Allez, si je dois vraiment trouver un point négatif dans le jeu, c’est l’impossibilité de trouver le meilleur équipement pour Geralt sans devoir passer par différents menus. Tout comme pour vendre des objets, vous n’êtes jamais certains d’être dans le bon menu. Et je terminerai sur la gestion de l’inventaire, mais qu’importe le flacon pourvu qu’il nous reste l’ivresse. D'autant que je ne vous ai pas tout raconté, je vous en laisse la surprise. Enfin pour ceux qui ne seraient pas déjà tombé dedans...
LES PLUS
- La bande son
- La durée de vie
- Le scénario
- Les vidéos
- La gestion de la manette
- Le prix
LES MOINS
- Quelques légers bugs
- Gestion générale de l’inventaire
OFFLINE 17/20
Suivez-nous