Need for Speed : The Run (Xbox 360)

par Ritalix
Les années se suivent et se ressemblent pour EA. A peine 11 mois après le précédent opus, à savoir le rassurant Need For Speed Hot Pursuit développé par Criterion Games, BlackBox Studios et Electronics Arts remettent une nouvelle fois le couvert avec une course de plus de 4500 km (!) nous promet-on. Alors cru de qualité ou millésime bouchonné ? C'est ce que nous allons tenter de voir ici.
ROAD 66
Une course entre San Francisco et New York, 25 millions de dollars, 200 participants, la police, la mafia et de belles mécaniques. Voilà ce qu'est The Run. En incarnant un certain Jack, personnage caricaturé au possible (tout comme les autres d'ailleurs), vous devrez traverser les États-Unis le plus rapidement possible tout en évitant tantôt la police, tantôt la mafia, sans qu'on y sache vraiment si ces derniers ont été intégrés pour coller au dernier film de Michael Bay tant que pour venir renforcer l'intérêt scénaristique déjà faible du titre.
Des phases de QTE a pied ont été dispatché entre les chapitres pour donner encore plus une allure de film grand spectacle, car oui, l'action ne manque pas.

Au volant, vous aurez la possibilité de choisir entre plusieurs véhicules pour mener à bien les 10 - courtes - étapes que compose la partie solo du jeu. Pour changer de belles carrosseries comme de chemise au cours d'un run, il suffit de stationner dans les stations-service qui longent les routes américaines pour passer d'une Lamborghini à Une Nissan en un rien de temps. Malheureusement, le titre se veut très linéaire, et malgré une diversité des paysages qui fait du bien (ville, montagne, canyons, grandes plaines, forêts ...) la lassitude se fait ressentir au bout de quelques sessions de jeu. Cela tombe bien, puisque pour compléter la partie solo, le jeu n'excède pas les 5 heures - temps de chargement interminables compris -, ce qui a tendance à rappeler certains jeux de la concurrence vendue plein tarif.

Le gameplay se voulant largement arcade, NFS oblige, la prise en main des voitures est rapide et simple, bien que les effets de drift soient particulièrement exagérés, selon les véhicules. À noter également qu'un système de Flashback est présent, qui bien que désactivable à loisir vous permettra de revenir quelques secondes en arrière afin d'empêcher un accident évitable.
On regrettera également l'absence de vue cockpit, pourtant véritable emblème du jeu de voiture, ainsi que le manque de variétés dans les missions proposées.
Run-ning
Dès le lancement du jeu, on sent que l’accent a été mis sur l’aspect communautaire du jeu, dans l'esprit de partager chacun de ses exploits.
Du meilleur temps en course au classement par médaille, le jeu fonctionne pratiquement comme un réseau social d’échanges axé sur les voitures. Entre les suggestions d’amis, les captures de photos à mettre en ligne et les défis en ligne, il y a de quoi faire dans tout ce qui est extracourse. En revanche, pour ce qui est de la course en ligne pure, seulement 8 joueurs peuvent s'affronter dans des mini championnats de 3 courses. Cela fait léger pour un titre se voulant très multijoueurs.
Il y a certes les 54 défis en plus du run solo, que l'on peut réaliser au choix hors-ligne ou en ligne, mais l'on sent quand même une certaine précipitation chez Blackbox studios, y compris dans la qualité technique du titre.
Riders on The Storm
Côté technique donc on retrouve le moteur Frosbite 2, utilisé entre autres sur Battlefield 3. Si on était loin d'attendre la même réussite graphique que sur le jeu de DICE, force est de constater que les graphismes sont quelque peu décevants, sans être aberrants. Car si les accidents sont très bien réalisés, tout comme les effets de lumière et de poussières, il n'en est pas de même pour les textures au sol qui sont un peu en retrait ainsi que la modélisation des voitures qui accuse un gros retard visuel. Rajoutez à ça des baisses de Framerate lors de certaines portions et vous obtiendrez un titre loin d'être aussi convaincant visuellement que son moteur. Gros point positif cependant, la bande-son a été judicieusement choisie et est particulièrement entraînante lorsque la lassitude se fait sentir.
En outre, les visages des protagonistes sont plutôt bien détaillés sans être criants de vérité. Mais le principal est évidemment ailleurs dans un jeu de course.
Conclusion
Vous l'aurez compris Need For Speed The Run, sans pour autant être un échec total, est loin d'égaler la réussite de l'épisode précédent.
Malgré une aventure aux paysages agréables et à la conduite facilement maîtrisable, ce NFS se voit entaché de trop nombreux défauts, dont une durée de vie rachitique et un scénario complètement sans intérêt. Sympa pendant un week-end, guère plus.
Note 6/10
On aime
- Facile à prendre en main
- Bande son entraînante
- Paysages variés
On n'aime pas
- 5 heures montre en main pour le solo
- Scénario a l'envers
- Lassitude qui s'installe rapidement
- Temps de chargement atroces
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Need for Speed : The Run
Packshot de Need for Speed : The Run sur Xbox 360
Date de sortie française 18 novembre 2011
Genre : Course
Dev. : Electronics Arts
Edit. : Electronics Arts
PEGI 12
1 joueur hors ligne