Assassin's Creed 3 (Xbox 360)

par Lud0
Pour cette fin d’année, Ubisoft a vu les choses en grand cette fois pour le nouvel Assassin’s Creed avec rien de moins que la Tea Party, point de départ de la révolution américaine, qui se déroule à peine quelques années avant la française. Et puisque l’on parle de notre beau pays, il est de bon ton de ne pas oublier que nous avons participé à cette partie de l’Histoire américaine tant sur terre que sur mer. Et puisque l’on parle de mer, ce nouvel épisode apporte son lot de nouveautés dont les batailles navales.
Beaucoup de belles promesses ont été faites via différents trailers qui ont vu nombres de langues pendues et de bave aux commissures des lèvres, mais pour quel résultat ?
Hisse et haut
L’aventure débute par une cinématique présentant la vie de Desmond, diffusée peu de temps avant la sortie du jeu, dans laquelle son père raconte les débuts des aventures de son rejeton. On redécouvre ainsi en quelques secondes les premiers épisodes de la série : les assassins qu’il a incarné afin de trouver la pomme d’Eden et d’autres objets mythologiques. Mais aussi ses ennemis, ceux qui l’ont enlevé et les templiers. Ce nouvel opus met en avant un évènement qui dépasse Assassins et Templiers. A la date fatidique du 21 décembre 2012 est annoncée la fin du monde et Desmond est le seul à pouvoir sauver l’humanité...

Pour cela, il est aidé par la Première Civilisation, des voix qui le guide vers le Grand Temple des Précurseurs dans lequel Desmond est en contact direct avec ses ascendants, sans même passer par l’Animus. Arrivé sur place avec ses amis, il découvre l’utilité de la Pomme d’Eden qui agit comme une clé et permet à toute l’équipe de rentrer dans cette immense salle. Il s’évanouit alors et est transporté dans l’Animus. Vous voilà alors incarnant un certain Haytham, un anglais qui est sur le point d’entrer dans un théâtre afin d’assassiner l’un des ennemis de la cause pour récupérer ce qu’ils pensent être une clé.

Haytham, une fois cette dernière en poche, prend la mer pour l’Amérique, contrée dans laquelle se trouve un site de la Première Civilisation, mais le lieu ne contenait pas les réponses qu’il cherchait. Sa relation avec Kaniehti :io s’effondre lorsqu’elle découvre la vérité sur cet homme : C’est un Templier.
Des années plus tard, l’un de ses comparses, Mr Lee retrouve le camp indien dans lequel grandit Ratonhnhaké:ton, que l’on connaitra plus tard sous le nom de Connor, le héros d’Assassin’s Creed 3.

Dans ce préambule, dont je viens de raccourcir la durée en quelques phrases, nous apprenons ou révisons (pour les fans) tous les mouvements classiques de la licence. Et lorsque l’on devient Connor, nous apprenons en plus l’escalade aux arbres et aux rochers ainsi que différentes techniques de chasse.

Notre jeune ami grandit et nous voilà en plein cœur de Boston à quelques heures de la Tea Party, début des hostilités entre colons et anglais.
Nous avons alors traversé différentes saisons et différents climats, mais le plus gros impact reste la neige et ses crissements de pas, qui toutefois ne feront pas tourner la tête de vos ennemis ni des soldats. Vous pourrez donc sans mal arriver par derrière et coller un petit coup de lame dans le dos sans vous tracasser du bruit. Passer près d’une échelle ne sera par contre pas de tout repos, vous vous sentirez ostensiblement attiré par cette dernière. Les soucis d’imprécision persistent. Ce n’est pas plus gênant que dans un autre épisode, mais c’est rageant lorsque vous êtes poursuivi par l’armée ou la milice.

Une fois en mer, tout reste aussi joyeux. En tant que Capitaine de navire, vous aurez à mener votre trois mats au gré des vents et des navires ennemis afin de mener à bien différentes missions de frets. Vous ordonnerez et vous serez obéi au doigt et à l’œil. Trois positions de voile qui correspondront à différentes vitesses seront possible, selon les besoins de la manœuvre. Vous devrez mettre votre navire en bonne position pour commander les différents tirs possible, que ce soit par des canons puissants mais fixes ou un canon orientable, mais de faible puissance. Avant chaque départ, vous aurez le loisir de choisir le type de munitions à embarquer, et cela va du boulet classique au boulet à chaine, très utile pour arracher un mât.
Le multi s’enrichit
Depuis quelques épisodes maintenant Ubisoft intègre maintenant des modes multijoueur à sa licence ; de plus en plus même puisque deux nouveaux modes de jeu ont fait leur apparition. Tout d’abord, un mode Domination qui se veut le plus stratégique de tous dans lequel deux équipes s’affrontent pour capturer des zones ou des drapeaux. L’équipe engrangeant le plus de points à la fin d’un temps imparti gagne la manche.

La seconde nouveauté est le mode Meute qui est jouable en coopération à quatre. Il s’agit d’un en définitive d’un équivalent au très connu mode Horde, mais en inversé. Les PNJs incarnent les défenseurs et vous êtes les attaquants. Pour réussir un niveau, il est impératif de synchroniser les éliminations, l’une d’entre elle échoue et c’est tout le travail d’approche qui est à refaire.

Une autre nouveauté du jeu est l’apparition de micro-transactions pour acquérir certaines compétences. Celles-ci ne seront toutefois disponibles qu’à partir d’un certain niveau pour chacune d’entre elles. Ces dernières, inspirées des jeux Free 2 Play ne risque-t’elles pas, à un moment donné, de déséquilibrer les parties ?
A la voile et à la vapeur
Le moteur conçu pour ce nouvel épisode nous en met plein la vue avec une profondeur de champ énorme, toutefois raccourci par un constant brouillard lointain, certainement dû aux limitations de nos consoles pour éviter trop de baisse de framerate.

La météo fait également son apparition et rend le jeu encore plus "vivant". La neige est assez bien rendue et vos traces de pas changent selon que vous courriez ou que vous marchiez.

Le moteur, toujours lui, en met également plein la vue en mer. Vous ne vous lasserez pas de vous accouder aux rambardes sur le pont ou monter tout en haut du grand mat pour regarder les vagues à la proue du navire. Il ne manque que les dauphins !
Conclusion
Ubisoft nous sert là un excellent troisième épisode avec quelques défauts peut être inhérents à ces mondes ouverts. On ne peut qu’admirer graphismes, réalisation et souci du détail en intégrant par exemple complètement l’un des dialectes indiens lors des dialogues entre indigènes surmonté de la musique adéquat en arrière-plan.

La durée de vie du jeu est encore énorme, même si l’on se sent un peu trop dirigé lors de l’accomplissement des missions principales. Fort heureusement, les secondaires rempliront bien leur rôle nous laisserons fleurter avec l’Histoire.

L’Histoire avec un grand H sert également le jeu. Cette période lui sied fort bien et l’ajout des batailles navales finit d’ajouter l’envergure nécessaire à cet opus pour en faire le meilleur de la série.
Note 8/10
On aime
- Le scénario
- La réalisation
- Les batailles navales
- Les nouveaux modes multi
- La météo
- Le doublage
On n'aime pas
- L’IA encore inégale
- Les micro-transactions du multi
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Assassin's Creed 3
Packshot de Assassin's Creed 3 sur Xbox 360
Date de sortie française 31 octobre 2012
Genre : Action / Aventure
Dev. : Ubisoft Entertainment
Edit. : Ubisoft Entertainment
Assassin's Creed 3 Retrocompatible Xbox One
PEGI 16
1 joueur hors ligne - Jusqu'à 8 joueurs en ligne