Gears of War (Xbox 360)

par Yugxul & SnakeX
Gears of War …. Cela faisait plus d’un an et demi que nous attentions ce titre depuis son annonce à l’E3 2005. Un titre qui avait impressionné par sa réalisation et la motivation sans faille de ses développeurs. Ce jeu est enfin chez nous pour le plus grand plaisir de tous les joueurs et il est enfin temps de s’y coller.
Promenade d'un bûcheron
Comme tout jeu du style qui se respecte, un mode solo est présent et il vous invitera à parcourir le scénario du jeu durant 5 actes qui vous emmènera de votre sortie de tôle à l’extermination de vos ennemis : Les Locustes. Parlons justement de ces ennemis qui étaient initialement sous terre mais qui désirent réinvestir la surface de la planète et c’est justement là que vous intervenez avec vos gars et c’est maintenant que les choses intéressantes commencent.

Vous voilà lâché avec votre armure et vos armes dans 5 niveaux où vous aurez à vaincre plusieurs sortes d’ennemis. Concernant les armes, les développeurs ont essayé de faire un peu dans l’original avec une arme intégrant une tronçonneuse qui vous fera hurler de joie à chaque fois que vous aurez à tranché un ennemi. La mitrailleuse est bien évidemment inévitable mais l’arme satellite est quant à elle plutôt originale. Disponible de temps à autres uniquement à l’extérieur, elle vous permettra de tuer et de blesser gravement de gros ennemis grâce à un rayon provenant du ciel. Autre arme originale, un arc qui lance des flèches explosives.
Un fois équipé, vous pourrez voir que les niveaux de Gears of War sont tous parfaitement conçus et que vous ne vous ennuierez jamais. Des phases d’extérieurs avec des décors complètement chaotiques de jours et de nuits, des souterrains grouillants d’ennemis, une mine désaffectée ou encore un train.

Les développeurs ont redoublé d’originalité pour que l’ennui ne prenne pas le dessus. On regrettera cependant que le jeu soit un peu court, surtout en difficulté recrue. Mais le plaisir de progression est bien présent et vous vous éclaterez à recommencer le jeu malgré une IA quelque fois décevante, aussi bien dans le camp adverse que dans le vôtre. Mais vous oublierez vite cela en pleine action où la jouissance prend le dessus sur n’importe quel défaut et je vous laisse un peu de suspens car c’est encore mieux avec les boss.

Concernant la progression d'ailleurs, vous pourrez faire certains niveaux (ou parties de niveaux) avec un ou plusieurs coéquipiers en fonction du scénario. Vous pourrez d'ailleurs donner des ordres mais j'en cherche toujours l'utilité.

Enfin, les 5 actes sont divisés en chapitres que vous pouvez atteindre quand vous le souhaitez via l'interface du jeu. Des sauvegardes régulières sont d'ailleurs effectuées tout au long de votre avançée pour reprendre soit un chapitre précédent soit à votre dernier point de passage.
Casser du Locuste en série
Parlons maintenant du mode coopératif de ce petit jeu somme toute quelque peu attendu. Certes, la durée de vie n’en sera pas particulièrement allongée dans la mesure où vous participerez à la même aventure qu’en solo. Mais, selon que vous hébergiez à la maison en écran splitté ou via le Xboxlive, chacun chez soi, vous pourrez enfin avoir un partenaire plus intelligent qui aura compris qu’il ne sert à rien de se jeter tête baissée sur un groupe de locustes armés jusqu’aux dents. Bref, le plaisir de jouer sera au rendez-vous et vous aurez quelqu’un sur qui faire passer vos nerfs en cas de blocage. Le plus à mon avis, est la possibilité d’inviter, via le Xboxlive, n’importe lequel de vos amis dans votre partie solo en cours, qu’il intégrera directement, sans aucun souci et pourra repartir comme il est venu sans plus de problème. Une souplesse digne d’éloges.

Enfin, vous aurez également la possibilité de participer au mode BATAILLE. Ce mode, très attendu, a déçu certains et réjoui d’autres. Tout d’abord, les parties sont limitées à 8 joueurs. J’entends déjà les casseurs de covenants professionnels me dire que c’est petit à côté d’une partie à 32; je sais, mais les 10 cartes disponibles sont excellemment adaptées à ces formations. En même temps, hormis pour les clans prestigieux, ce format de 4 vs 4 est très jouissif. On se regroupe, on se protège, et surtout, on comprend vite que l’individualisme ne paie plus. L’armement disponible est varié et permettra à chaque style de s’extérioriser et surtout d’extérioriser les organes de ses ennemis. Le fusil à pompe dit « Bonne Maman », le sniper digne de notre ami Guillotin, le lance-patates dit « Brise-menu », la mitrailleuse accompagnée de son indémodable tronçonneuse pour arrondir les angles, la grenade à coller dans un caleçon sale ou à jeter au pied des gens qui ne les aiment pas, quelques fumigènes pour l’ambiance, un rayon de l’aube pour déloger les campeurs et l’arc à tension, mon préféré. Ce dernier, qui colle une flèche explosive sur la cible, vous laissera juste le temps de dire mer.., avant de montrer votre beauté intérieure à vos partenaires. Le hic, c’est le peu de modes disponibles. Tout d’abord, la ZONE DE GUERRE, un deathmatch classique, mais ici pas de frags de fous avec des séries de malades. Vous serez dans une série de manches où vous n’aurez qu’une vie, car on ne vit qu’une fois. Lorsqu’une équipe est décimée, l’autre a gagné. Ensuite, l’ASSASSINAT. Votre équipe est commandée par un officier, et tout le monde, bizarrement, veut le tuer. Votre mission, si vous l’acceptez, sera de le défendre coûte que coûte, d’autant plus qu’il vous permettra d’obtenir de l’armement supplémentaire. Enfin, le mode EXECUTION, ressemble au mode ZONE DE GUERRE, mais il vous faudra finir chaque ennemi, d’une balle derrière la nuque, d’un bon coup de pied dans la trachée ou d’une subtile mais douce mélodie de tronçonneuse. Pour les habitués du genre, vous pourrez être déçu qu’il n’y ait pas de mode territoire ou drapeau. A côté de cela, on est obligé d’être toujours en mouvement et la taille des cartes est plus adaptée aux modes proposées. Pour clore le sujet, je parlerai du CLASSEMENT. Là, je suis déçu par le lobby. En effet, on ne peut pas facilement jouer entre amis sur du classé. Certes, on peut me répondre que chacun est alors logé à la même enseigne, mais jouer seul avec des amerlocks beuglards n’est pas très intéressant, d’autant plus que les parties se ferment souvent avant que vous ne puissiez y pointer votre nez. On peut contourner le truc en se donnant rendez-vous et en sélectionnant avec précaution sa partie, mais on recommence à zéro après chaque partie… Bref, plutôt frustrant. Seul la partie NORMALE vous permet à mon sens de jouer avec plaisir.
La technique, toujours la technique
La réalisation graphique est sans faille. On reste ébahi par les décors, la profondeur de champs, les textures fines, l’animation sans faille, bref tout est bien, voire excellent. Comme tout ne peut aller bien, j’ai pour ma part quelques soucis avec les mouvements spécifiques. En effet, se mettre à couvert, plonger en roulade ou courir tête baissée s’exécutent avec le même bouton et c’est parfois frustrant de se coller à un mur alors qu’on cherche justement à se carapater rapidement. On peut cependant regretter que cette qualité soit au détriment de la durée de vie, puisque le titre ne brille pas sur ce point là.

Côté son, les effets sont très immersifs et de bonne qualité. Les dialogues quant à eux sont bien menés avec un doublage un peu hasardeux mais bon… Cependant, les mots prononcés par nos deux héros, Marcus Fenix et Dominic Santiago sont inaudibles, même en montant les dialogues à fond, bref, ça pêche un peu. Les musiques sont quant à elles distillées avec goût et nuances, et collent parfaitement à l’univers.

Pour ce qui est des liaisons réseau, on ne risque pas de se retrouver seul puisque le jeu est vraiment beaucoup joué, il suffit de regarder sa liste d’amis pour s’en rendre compte. Pas trop de problème de lag, même si le jeu est gourmand. Aussi, jouer à l’extérieur peut se révéler vite frustrant. En même temps, il y a suffisamment de parties avec des français pour profiter sans problème du titre.
Conclusion
En d’autres termes, je trouve pour ma part que ce jeu est une vraie tuerie. Certes, les multiples effets d’annonces qui l’ont précédé peuvent nous laisser penser qu’il n’est pas à la hauteur de nos attentes. Mais n’est-on pas finalement devenu trop exigeants avec l’arrivée de la next-gen ?. En effet, les graphismes et une réalisation bluffants, le gameplay quasiment sans faille arrivent sans problème à nous faire oublier les défauts du soft. Certes, la durée de vie est vraiment courte, mais le multi joueur arrive sans problème à pallier cette faille. Un jeu à posséder absolument.
Note 9/10
On aime
- L’immersion dans le combat
- Les graphismes évidemment
- L’univers et le gameplay
On n'aime pas
- L’IA des partenaires
- Le lobby des parties classées
- Le manque de modes de jeu en ligne
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Gears of War
Packshot de Gears of War sur Xbox 360
Date de sortie française 17 novembre 2006
Genre : FPS
Dev. : Epic MegaGames
Edit. : Microsoft Studios
Gears of War Retrocompatible Xbox One
PEGI 18
1 à 2 joueurs hors ligne - Jusqu'à 8 joueurs en ligne