Dishonored : Definitive Edition (Xbox One)

par Uruktar
A peine 3 ans après sa sortie, l’excellent Dishonored revient sur console nouvelle génération avec une Definitive Edition. Son charme d’alors est-il toujours présent ? Sa remasterisation est-elle significative ? Je vous propose de faire un bilan de cette édition Xbox One.
Vous allez payer votre traîtrise !
Pour les petits nouveaux, Dishonored vous place dans une ville qui pourrait s’apparenter au Londres du 19éme siècle. La peste ravage la population de l’Empire de Tyvia et l’Impératrice fait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger et guérir ses concitoyens. Malheureusement pour elle, cela ne plaît pas à ses conseillers qui mettront un terme brutal à son règne en vous faisant passer pour coupable. Vous êtes Corvo Atano, protecteur de l’impératrice et désormais coupable de haute trahison. Des Loyalistes vous feront alors évader et un certain Outsider vous conférera des pouvoirs occultes.

Votre objectif sera d’éliminer tous les conspirateurs désormais au pouvoir afin de permettre à l’héritière du trône, Emilie Kaldwyn, de récupérer ce qui lui est dû. Pour cela, vous pourrez faire preuve de discrétion pour vous infiltrer, tuer tous les gardes sur votre passage ou bien utiliser vos pouvoirs pour explorer de fond en comble les quartiers de Dunwall. Les pouvoirs qui sont à votre disposition vous permettent de vous téléporter, de voir à travers les murs, mais aussi de provoquer une petite tornade, de désintégrer vos victimes ou encore d’invoquer une nuée de rats qui dévoreront les gardes. Je ne vous en dit pas plus et vous invite à lire notre test du jeu original pour d’avantage d’informations sur le jeu.

Intéressons-nous maintenant aux DLC inclus dans cette édition. Deux d’entre eux vous permettront de vous mettre dans la peau de Daud, l’assassin de l’impératrice. Ce contenu propose ainsi une expérience captivante et vous permet de vous replonger dans un univers que je trouve encore plus sombre que celui du jeu original. Vous aurez accès à de nouveaux pouvoirs comme l’invocation d’assassins, l’attraction et le Clignement amélioré. Lorsque Daud se téléporte, cela fige le temps, le rendant encore plus réaliste et jouissif à utiliser.

Dans la Lame de Dunwall et Les Sorcières de Brigmore, Daud devra enquêter au sujet d’une certaine Délilah à la demande de l’Outsider lui-même. Tout comme le contenu principal, les lieux sont très vastes et vous offrent de nombreuses alternatives de déplacements et d’action. Dommage que nous soyons parfois placés dans des lieux déjà visités par le passé et plus petits que les autres. Pas d'inquiétudes, ils vous donneront tout de même du fil à retordre et une totale liberté de mouvement et d’action.

Notez que cette fois, vous ne passerez pas par Piero pour acheter vos équipements mais par votre réseau. Au début de chaque mission, il vous est proposé de vous réapprovisionner en équipements ainsi que d’acheter des améliorations et demander des faveurs. Ces dernières sont une excellente initiative qui permet de réaliser des actions supplémentaires comme infiltrer un lieu déguisé en superviseur.

Le troisième DLC vous propose une série de défis dans la peau de Corvo. Vous devrez affronter des vagues d’ennemis, cambrioler un manoir ou encore enquêter sur une cible afin de la débusquer et l’assassiner. Au nombre de 10, ces défis sont variés et intéressants, proposant du contenu complémentaire au jeu avec une bonne difficulté et quelques heures de distraction.
Eprouvez-vous du remord pour ce que vous avez fait ?
Je vous propose une vingtaine de minutes de Gameplay sur le début de La lame de Dunwall dans lequel j’évolue assez difficilement dans un quartier inconnu :

Une ville en ruine
Dishonored ne jouissait pas à sa sortie de superbes graphismes. En réalité, le jeu possède un style bien à lui à mi-chemin entre des graphismes dont on a l'habitude et du cell shading. C’est surtout lorsqu'on observe le visage des personnages qu’on a l’impression que le jeu est franchement moche. Mais cela n'entache que très peu le jeu dans son ensemble.

Dunwall est une cité impressionnante et l’univers du jeu est aussi sombre que complet. Vous vous passionnerez pour le scénario et pour le background de Dishonored. Une ville que vous pourrez explorer grâce à vos pouvoirs surnaturels variés et innovants, notamment grâce au clignement qui vous permet de vous déplacer de toits en toits sans être vu. Dishonored est un excellent jeu d’infiltration, apportant son lot de nouveautés maîtrisées dans le domaine.

Jouissant d’un gameplay varié et de très nombreuses approches, le jeu vous contentera largement pendant de nombreuses heures et encore d’avantage avec le contenu supplémentaire. Notez d’ailleurs que le jeu vous propose pas moins de 80 succès pour un total de 1640G, de quoi vous occuper encore d’avantage !
Conclusion
Dishonored n’a rien perdu de son charme. On ne peut pas dire que cette remasterisation soit superbe mais le jeu en lui-même ainsi que son contenu additionnel sont des Must-have pour tous les fans d’infiltration. Cette édition ne présente aucun intérêt pour ceux qui ont déjà joué à la version 360 et aux DLC. Mais si ce n'est pas le cas, laissez-vous tenter en attendant les prochaines aventures de Corvo... Surtout pour 40€ !

Note 9/10
On aime
- L’univers et le background du jeu
- Les nombreux chemins et choix possibles
- Les pouvoirs originaux
- Les DLC
- La durée de vie
- 1640 G et des défis complexes
On n'aime pas
- Les visages manquent de souplesse
- Quelques bugs de son
- Impossible de consulter les résultats de mission en cours
- 2 niveaux très courts dans les DLC
- Remasterisation peu convaincante
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Dishonored : Definitive Edition
Packshot de Dishonored : Definitive Edition sur Xbox One
Date de sortie française 25 août 2015
Genre : FPS
Dev. : Arkane Studios
Edit. : Bethesda Softworks
PEGI 18
1 joueur hors ligne