Dead Rising (Xbox One)

par PlagueisTheWise
La série Dead Rising revient sur Xbox One, non pas avec la rétrocompatibilité, mais en version remastérisée. Capcom a repris les principes et les techniques qu'ils avaient appliqués sur Resident Evil.
Dead Rising a été sorti sur Xbox 360 en 2006 et clairement, personne n'aurait pensé que celui-ci aurait fait un tel démarrage sur la console américaine. Réalisé par Keiji Inafune (le Papa de Megaman), le titre vous plonge au plein cœur d'une épidémie de Zombies qui attaquent les habitants de la petite ville de Willamette et Fortune City. À la recherche d'un scoop, Frank West allait finir par devenir le héros des survivants du centre commercial de la petite ville du Colorado alors que Chuck Green cherche à protéger sa fille par tous les moyens.
10 années de poutrage de Zombie
Le but n’est pas de refaire les tests de la série Dead Rising, puisque les versions originales, que nous avions écrites à leurs sorties, sont disponibles. À travers ce test, nous allons revoir les 3 épisodes qui composent la série sur Xbox 360 : Dead Rising, Dead Rising 2 et Dead Rising 2 : Off Record.
Les nouvelles versions sur Xbox One, dont l’idée originale vient de Keiji Inafune, ont été revues essentiellement sur la partie technique, quoique…

Si nous reprenons la chronologie de la série, la ville de Willamette devient le foyer d’une épidémie qui transforme la totalité des 53 594 habitants en zombies. Frank West, un journaliste en quête d’un scoop va se retrouver piégé dans un centre commercial, à devoir survivre et à sauver les quelques survivants restants.
Le jeu mélange à la fois ironie, humour et gore avec une difficulté typique des jeux japonais, qui finalement en rebutera plus d’un. Mais le jeu a ses adeptes.
Le second épisode Dead Rsing 2 a changé de main et a été repris par Capcom Vancouver (Blue Castle Games), qui a gardé les mêmes bases que le premier épisode, mais en doublant la surface de jeu et en changeant le personnage principal. La recette prend toujours avec le nouveau personnage, Chuck Green, un cross-man au talent de Mac Gyver. L’aire de jeu se passe dans une partie de la ville de Fortuny City, qui regroupe de multiples casinos.

Finalement, après deux épisodes réussit le studio a rempilé avec Off Record, qui aurait pu être un simple Add-on tant son contenu est mince. Capcom Vancouver a joué de facilité en ajoutant une section supplémentaire à Fortune City et en remplaçant Chuck Green par Frank West pour une histoire parallèle.


Le guide du survivant
Le principe de Dead Rising est assez simple. Prendre son pied en éclatant du zombie. Et pour ça, la série a misé sur l’humour avec un scénario digne d’une série B et des clins d’œil à de nombreuses références cinématographiques et vidéoludiques de l’univers Capcom (costume de Megaman, arme combo spécial Blanka dans Street Fighter, ou encore les têtes de Serbots injustement confondues avec les LEGO)


Les bases de Dead Rising reposent sur la rejouabilite de l’histoire, avec les différentes fins possibles. Mais aussi et surtout, son système de leveling qui demande de la patience et qui détermine votre énergie, puissance, rapidité et votre inventaire. Ce dernier permet de transporter des armes qui seront indispensables pour survivre au milieu des zombies, mais aussi face aux psychopathes (des survivants qui ont pété un plomb) qui font office de Boss.

Et justement, pour les combattre il faudra être bien armé. Si dans Dead Rising, on devait se contenter de ramasser des objets du quotidien pour se défendre (couteau de cuisine, tondeuse, assiette), le second épisode a apporté son lot de loufoqueries en permettant de réaliser des combinaisons entre deux accessoires. Vous pouvez donc assembler avec du scotch US, une lampe torche et des bijoux pour obtenir un sabre laser ou encore un pistolet à eau et de l’essence pour réaliser un lance-flamme.

Des armes tout aussi improbables qu’efficaces.

La génération de la rematerisation
Deux studios ont travaillé sur la rematerisation des 3 Dead Rising, QLOC et Mercenary Technology. Comme pour les Resident Evil qui ont été adaptés sur Xbox One, la rematerisation s’est malheureusement arrêtée au 1080p et 60 images par seconde.

Sur ces deux points, rien a dire. Pour ceux qui ont connu ces jeux sur Xbox 360, les chutes de framerate étaient un des gros défauts ; et bien c’est de l’histoire ancienne tout comme les chargements interminables qui passent à l’oubliette, un pur bonheur !

Les titres prennent une toute autre dimension et le gameplay par effet domino est plus agréable même si on aurait apprécié des commandes plus modernes à la Dead Rising 3.

La bande-son est toujours un point fort, l’action est rythmée par des titres électro, rock alors que chaque environnement possède sa propre musique « d’ascenseur ». Chaque recoin, magasin, ruelle ou encore toilette est animé par une petite ambiance sonore. Comme le scénario, les dialogues et le doublage sont dignes des films d’horreur des années 80, mais cela a du charme et on retiendra des phrases mythiques de certains psychopathes : comme « You know me, i’m slappy », « This my store » ou encore « Oh, I knew I wouldn’t die a virgin!! »

Un des points forts de la série est la durée de vie. Il faut compter entre 30 et 40 heures par jeu pour obtenir toutes les fins possibles. Et si vous cherchez à obtenir les 1000G, sachez que la tâche sera rude, il y a 50 succès par jeu ; autant vous prévenir qu’il va falloir s’accrocher. Pour vous donner un exemple de la difficulté : le succès 7 jours survivant vous demandera de jouer 12 heures non-stop.
Conclusion
Pour les 10 ans de la licence Dead Rising, Capcom joue sur la fibre de l’affection auprès de ses fans avec cette rematerisation. On explose du zombie avec bonheur grâce aux 1080p, mais surtout aux 60fps qui fluidifient grandement le titre de Keiji Inafune. On se jette les yeux fermés sur Dead Rising 1 et 2 qui proposent une expérience plus intéressante que Off Record. Mais cela n’est pas forcément suffisant pour attirer de nouveaux joueurs, sauf peut-être des Hardcore gamers.
Note 7/10
On aime
L’upgrade technique
Une série toujours aussi plaisante
Les bandes-son
Du fun dans un véritable défouloir
Les chargements plus courts
La violence décalée
On n'aime pas
Les textures d’origine
Le gameplay
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Dead Rising
Packshot de Dead Rising sur Xbox One
Date de sortie française 13 septembre 2016
Genre : Horreur
Dev. : QLOC
Edit. : Capcom
PEGI 18
1 joueur hors ligne