Shadow of the Tomb Raider (Xbox One)

par Lestat
Dire que l’on attendait avec impatience la conclusion de cette (première ou dernière ?) trilogie des aventures de Lara Croft serait un doux euphémisme. Votre serviteur est en effet un grand fan de la première heure de la belle aventurière sans peur, mais pas sans reproche. Son évolution à travers les deux premiers épisodes était notable mais en reste t’il assez en réserve pour offrir un troisième opus intéressant ?
Maya la belle
Autant le dire tout de suite, l’histoire de Shadow of the Tomb Raider ne brille vraiment pas par son originalité et, surtout, ne contient que trop peu de liens avec les précédents épisodes pour être véritablement intéressant. Les trinitaires sont là, Lara veut les empêcher de mettre la main sur une « boite » qui pourrait contenir un pouvoir capable de détruire le monde tout en enquêtant sur les meurtriers de son père. Le scénario est convenu et n’a pour seul mérite que de s’inscrire dans la culture amérindienne en mettant en scène, Aztèques, Incas et Mayas. Le rythme est lent, voir parfois poussif dans la narration et le jeu ne contient que trop peu de scènes mémorables. Seul le dernier tiers du titre offre quelques scènes intéressantes tant d’un point de vue scénaristique (le croisement entre mythes païens et catholiques) que d’un point de vue action (notamment la toute dernière mission). Pour le reste, le jeu est inutilement bavard avec notamment un Jonah au look nouveau qui ne cesse de parler… pour ne rien dire. Exit les questionnements moraux, Lara assume son côté meurtrier de masse et enchaîne les kills sans se poser de questions. Le méchant est méchant, les gentils sont gentils et les indigènes sont entre les deux mais gentils quand même : au final, la surprise n’y est pas et la mayonnaise prend difficilement.

Question doublage, la VF est à bannir tant les voix sont peu crédibles. La VO rattrape bien heureusement la donne, mais possède un défaut majeur : les développeurs ont inclus une option sympathique permettant de faire parler les autochtones dans leur langue d’origine. Cette bonne idée aurait pu être parfaite si Lara l’avait également adoptée… or s’entendre parler en espagnol et répondre en français ou en anglais sans aucune difficulté casse franchement l’immersion et l’utilité d’une telle feature.


This is (not) a revolution
Côté gameplay, cet épisode pourrait être assimilable à un cru de Beaujolais nouveau : on attend à chaque fois que le cru de l’année soit meilleur que le précédent, mais en vain… Lara reproduit les mêmes schémas qu’autrefois et le titre ne se démarque que par de rares nouveautés. Ainsi, Lara ayant sûrement visionné pour se perfectionner les 4 derniers Rambo et le Predator original, elle peut désormais s’enduire de boue et se plaquer contre des murs de végétations en se faufilant dans le dos des adversaires pour les éviter ou les occire sans être vue. La bêtise de l’IA permet d’ailleurs d’enchainer les morts de manière trop simple et à la chaîne : on se planque, on tue un garde, le second le voit, se demande ce qu’il se passe et s’approche, on le tue… et ainsi de suite.

Cela compense d’ailleurs la faiblesse de notre héroïne au corps à corps : sa lourdeur assez paradoxale ne permet pas véritablement d’utiliser le piolet ou le couteau et il est préférable de tuer discrètement ou de se battre à distance. Une fois l’amélioration permettant d’enchaîner deux stealth kill d’affilée débloqué, vous traverser le jeu sans grande peine. Adjoignez à cela, l’amélioration permettant de viser jusqu’à 3 têtes en même temps à l’arc et vous serez quasiment immortelle. Les hardcores gamer devront donc se tourner vers un mode de difficulté plus élevé (voir ci-après) pour s’assurer d’un challenge à la hauteur. Cela d’autant plus que l’XP monte vite, surtout lorsque l’on réalise les quêtes secondaires (peu intéressantes en passant) qui émaillent les « safety zone » que sont les villages découverts (comme dans les précédents épisodes encore une fois). On peut ainsi, aider les villageois par l'intermédiaire de quêtes fedex entre deux missions principales. L’occasion de récolter de quoi améliorer ses armes et ses tenues, car oui, une fois n’est pas coutume, Lara craft, notamment des tenues ancestrales qui disposent de perks spéciaux ( ex : plus de résistance, plus de discrétion…). Cette nouveauté, si l'on peut dire, s'accompagne des classiques augmentations des armes.

Enfin, les développeurs ont cru bon d’augmenter le nombre de passages nécessitant de l’infiltration, y compris sous l’eau : on joue donc à cache-cache avec des murènes et des piranhas. Tellement intéressant…
Lara et les temples du soleil
Les « à-côtés » sont également peu palpitants : les rares tombeaux sont courts et trop faciles lors de la résolution des énigmes. Ils servent à débloquer des capacités spéciales (plus de résistance au feu, plus de souffle sous l’eau…) qui sont au final assez dispensables. Il est très possible, dans les niveaux de difficulté standards, de terminer le titre sans y avoir recours. En revanche, et c’est une bonne option, le jeu permet de personnaliser la difficulté et les aides jusqu’à un mode « obsession mortelle » désactivant tous les signes (notamment les ridicules traces blanches qui indiquent sur les murs les endroits à grimper ou escalader) et rendant les ennemis mortellement mortels.

Pour le reste, c’est la même recette qui s’applique : on explore une zone, on a 4 ou 5 objets à récupérer/casser/déterrer dans la zone, quelques animaux spécifiques à chasser, puis on passe à la suivante. Lara retrouve les stèles avec des dialectes à apprendre qui permettent d’en savoir un peu plus. Le contenu est certes riche en nombres, mais n’apporte strictement rien de nouveau par rapport aux épisodes précédents. Dommage, car ce qui était lassant pour certains le sera toujours et seuls les chasseurs de 1000 G s’accrocheront.

La cave se rebiffe

Pour finir sur la technique, le jeu s’en tire vraiment avec les honneurs : le jeu est beau, d’autant plus testé dans de bonnes conditions, à savoir une Xbox One X et une télé 4K ambilight de Philips. Le titre est fluide et n’a souffert d’aucune latence pendant nos différentes sessions et cela même lorsque l’action se faisait intense. Le jeu offre de très beaux moments visuels et il est fort regrettable que la plupart des niveaux se déroulent en fait en intérieur. Comparé au précédent titre notamment qui offrait de superbes paysages enneigés, Shadow of Tomb Raider prend une orientation très souterraine qui ne permet pas d’apprécier à leurs justes valeurs les qualités du moteur graphique. Heureusement que les effets de lumière dont le titre use et abuse viennent arracher des « waouh » à chaque apparition et que la direction artistique fait mouche encore une fois. On aurait aimé plus de phases en extérieures, cela d’autant plus qu’encore une fois, le titre offre de belles perspectives que les amateurs du mode photo devraient s’amuser à immortaliser avec délice.


Conclusion
Ce Shadow of the Tomb Raider souffle le chaud et le froid. Ceux qui espéraient une conclusion dantesque au reboot amorcé il y a quelques années seront sans doute déçus par le manque d’envergure global du titre que ne sauve que de rares passages épiques. On est franchement très loin de ce qu’offre un Uncharted 4 dans la crèmerie concurrente. Ceux qui s’attendaient à de l’originalité seront également échaudés par le manque de prise de risque et le trop faible renouvellement des mécaniques et mécanismes de gameplay. Si le jeu reste agréable à parcourir du fait de ses environnements, il ne laissera sans doute pas un souvenir impérissable.
Note 6/10
On aime
-La D.A encore de toute beauté
-Les musiques inspirées
-Quelques moments intenses
-La possibilité de jouer avec un challenge élevé
On n'aime pas
-Scénario convenu
-Combats poussifs
-On cherche encore l’intensité émotionnelle annoncée
-Aucune prise de risque
-Au final trop peu d’originalité
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Shadow of the Tomb Raider
Packshot de Shadow of the Tomb Raider sur Xbox One
Date de sortie française 14 septembre 2018
Genre : Action / Aventure
Dev. : Crystal Dynamics
Edit. : Square Enix
Shadow of the Tomb Raider Compatible HDR sur Xbox One S
PEGI 18
1 joueur hors ligne