ONRUSH (Xbox One)

par Lud0
Annoncé à la Paris Game Week en 2017, Onrush vient d'un studio connu pour ses titres tels que Driveclub ou bien encore Motorstorm sur PlayStation. Il a d'ailleurs débuté sur cette plateforme en 2001 avec la licence World Rally Championship (WRC) jusqu'en 2005 avant que cette dernière ne soit reprise par Black Bean Games puis Bigben Interactive.

Acheté par Sony en 2007, le géant japonais a décidé de le fermer en 2016 suite aux déboires de Driveclub. Evolution Studios est alors racheté par Codemasters en mars 2016. Aujourd'hui, il nous offre son tout premier titre sous la houlette du spécialiste de la simulation de F1 et de rallye : Onrush.
Tôles froissées
Le concept d’Onrush est on ne peut plus simple : des courses automobiles pleines d’action défiants les lois de la gravité. Aucun scénario ne viendra entraver votre route, mais un enchaînement de courses sans ligne d’arrivée ! C’est là la première particularité du jeu. La seconde mélange savamment divers types de véhicules : buggys, motos ou bien encore 4x4 ; le tout rythmé par du gros son. Et dès les premiers instants, les joueurs PlayStation reconnaissent la patte du studio et d’un certain Motorstorm.

Il existe plusieurs types d’épreuves. Certaines vous demanderont d’engranger des points en réalisant des crashs sur les bots, des figures aériennes, des crashs sur vos concurrents... Quand d’autres vous demanderont de passer entre des portes dans un time attack de fou furieux. Ca va vite, très vite et surtout toujours en équipe. Car oui, c’est bien là le coeur du jeu : sans ligne d’arrivée, la victoire ne se fera qu’en équipe.

Le jeu est composé de 2 équipes : les bleus et les oranges et dans tous les cas, il faudra travailler avec votre Team pour profiter des bonus de leurs véhicules ou leur faire profiter du vôtre ; sans oublier que si l’un d’entre eux se fait harceler, un petit coup de parechoc contre le véhicule adverse, qui ne s’attend pas à vous voir arriver vous aidera à atteindre votre but.

Les différents modes sont Overdrive qui, comme je le disais plus haut, vous demandera d’accumuler un maximum de points via l’utilisation du turbo, de crash ou bien encore de figures. Mais le turbo s’use vite et se recharge lentement. Le meilleur moyen d’accélérer le remplissage de sa jauge consiste à mettre hors d’état les véhicules des bots ou de l’équipe adverse. Lorsque vous aurez utilisé pendant un certain temps le turbo, votre jauge de Rush sera chargée à bloc, vous permettant d’accéder à un super turbo qui boost encore plus la vitesse de votre véhicule et vous facilite les clashs sur vos adversaires. Le premier à atteindre un score fixé remporte une manche. Et il vous faudra en remporter 3 pour gagner la course. Chacune d’entre elles contient des défis à relever qui vous permettront de récolter des points d’expérience qui vous permettront de passer aux niveaux supérieurs qui déverrouilleront des championnats supplémentaires. Bref, c’est réglé comme du papier à musique et cela ne sort pas des sentiers battus par de nombreux autres titres. Chaque niveau passé vous permettra d’obtenir également des loots box qui contiennent des équipements, des mods pour vos véhicules ou des poses de victoire.

Parmi les autres disciplines présentes, il y a le time attack. Il vous faudra passer dans des portes afin de grappiller quelques secondes supplémentaires. Le premier pilote qui passe la porte, assez étroite au début, engrange le maximum de temps pour son équipe. À partir de ce moment-là, la porte s’élargit et le temps gagné diminue. À défaut de passer en tête, il peut être de bon aloi de légèrement écarter un pilote adverse de cette porte, pour la prendre vous. C’est toujours ça de pris comme on dit.
Assez amusant lors des premières courses, ce mode se révèle assez tactique pour qu’on réfléchisse à deux fois avant de foncer tambour battant en tête et louper quelques portes sur le parcours.

Vous trouverez bien évidemment le mode le plus bourrin de tous dont le seul objectif est d’éliminer un certain nombre d’adversaires ; ou bien alors celui qui consiste à éliminer, toujours pareil un adversaire qui a le droit à x véhicules différents avant d’être définitivement éliminé de la partie.

Lors de vos courses, outre de l’expérience, vous récolterez également quelques piécettes ça et là vous permettant d’acheter des tenues, des pauses pour votre avatar, des peintures, et diverses autres surprises.



On rush ?
Si le mode solo permet de se familiariser avec les différents types de courses et de véhicules, atteindre un certain niveau d'expérience, très rapidement bien sûr, vous vaudra de décrocher le Graal : rouler en équipe avec de vrais joueurs. Le titre permet alors de rejoindre 11 autres fous furieux sur des tracés divers et relativement variés pour peu que l'on croise les modes.

Et si vous n'avez pas d'amis pour vous accompagner dans vos parties, le matchmaking est là pour offrir d'autres défis. La recherche de parties est très efficace, il suffit de quelques secondes à peine. Évidemment, le titre alterne les modes de jeu et les tracés. Si l'IA n'est pas en reste dans le solo, le défi à relever sera tout autre en multi et quelques crashs seront parfois rageant.

Bien qu'ils ne soient pas encore en place, des tournois avec classements seront organisés par le studio dans les jours qui viennent.

Comme en solo, Onrush peut sembler bourrin au possible, mais il est très stratégique dans certains modes comme le time attack. Quelle est la meilleure technique ? Passer les portes en 1er ou empêcher un adversaire, voire plusieurs, de les prendre ? Et si c'était tout simplement de les défoncer le plus possible pour les empêcher de passer au travers de plusieurs d'entre elles et ainsi perdre beaucoup de temps ?
Sous le capot la mer
Graphiquement parlant, le titre souffle le chaud et le froid. Sur Xbox One X, il est fluide et plutôt joli, mais certains points de détails sont passés outre. La passage des véhicules dans l'eau est bien réalisé tandis que les décors sont plutôt vides de vie. D'un autre côté, vous ne serez jamais seul sur la piste.

Si vous vous faites éliminer, vous devrez attendre quelques secondes et aurez parfois le loisir de choisir un autre véhicule, peut être plus adapté au tracé ou au mode de jeu en cours, mais lorsque le chrono aura atteint 0, vous rejoindrez la piste dans le peloton, ce qui fait que vous serez toujours plongé au coeur de l'action.

Quant à la bande son.... Ah bon ?! Il y en a une ?! ! Elle est remplacée par une bonne piste musicale qui envoie du lourd. Qu'on aime ou pas, le rythme qu'elle balance accompagne parfaitement bien les courses endiablées qui composent ce titre.

Si sur Driveclub, le studio avait été critiqué sur la partie réseau, Onrush est aux petits oignons de ce côté là. Un matchmaking d'une rapidité exemplaire et aucune latence lors de nos parties n'est apparue.

Une partie des succès est liée au leveling, d'autres aux nombres de courses effectuées dans les différents modes. Chasseurs de succès, à moins d'avoir du temps à perdre passer votre chemin.
Conclusion
Onrush est un bon titre qui vous permettra de vous défouler quelques soirs, mais il va être difficile de parier dessus sur la durée si le studio n'annonce pas dans les semaines qui viennent de nouveaux tracés. Heureusement, dans quelques jours, les premiers tournois débuteront. Mais combien de temps tiendront-ils les joueurs en haleine ?
Note 6/10
On aime
- De l'action, encore de l'action et toujours de l'action
- La piste musicale
- Gameplay bien pensé
- Bonne réalisation
On n'aime pas
- Tracés un peu trop répétitifs après quelques heures
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
ONRUSH
Packshot de ONRUSH sur Xbox One
Date de sortie française 05 juin 2018
Genre : Course
Dev. : Evolution Studios
Edit. : Codemasters
ONRUSH Compatible HDR sur Xbox One S
PEGI 12
1 joueur hors ligne - Jusqu'à 12 joueurs en ligne - Coop en ligne