F1 2019 (Xbox One)

par Lud0
Chaque année une nouvelle saison de F1 démarre, et à la moitié de celle-ci, un nouvel opus de la simulation arrive. Comme à chaque fois, de nouvelles améliorations sont annoncées par Codemasters, et comme chaque année, les amateurs replongent alors qu'un DLC ou deux pourraient tout aussi bien faire l'affaire malgré les évolutions du règlement.

Ce nouvel épisode peut-il tenir les promesses faites par les divers trailers diffusés ces derniers mois ?
3...2...1... Feu vert !
La carrière commence par de courtes épreuves de F2 dans lesquelles vous prenez le volant en cours de course. Après une panne mécanique, vous devez poursuivre la course et laissez passer, ou pas, votre coéquipier, avec à la clé une possible réprimande de votre équipe. A moins que votre résultat ne les satisfasse. A vous de voir. Il sera toutefois possible d'effectuer des saisons de F2 via le menu principal.

D'autres s'enchaînent et la dernière étape consiste en une course sur Ys Marina, sans préliminaire et sans échauffement.

Après cette entrée, votre assiduité vous mènera ensuite vers le plat de résistance : une carrière en F1. De là, votre choix vous permet de sélectionner l'une des propositions. Les équipes les plus courues vous demanderont dès le début un résultat avec une place sur le podium. Pas évident en tant que rookie tandis que d'autres vous demanderont de progresser, d'inscrire quelques points ou même simplement faire preuve de constance.

Bien évidemment, votre choix déterminera la difficulté de votre aventure. Une fois votre écurie choisie, il est temps de passer aux choses sérieuses avec l'Australie. Avant de commencer à poser une roue sur la piste, vous pouvez d'ores et déjà lancer vos premières améliorations.Il est temps ensuite d'effectuer votre reconnaissance du circuit, qui vous permet d'engranger des points d'objectifs d'équipe ainsi qu'une stratégie de course en fonction de votre façon de piloter. Bref, pneus, carburant, gestion de l'ERS, rien ne change par rapport à F1 2018 pour les habitués. Tout cela est à réaliser dans les 3 séances d'essais libres. A ce terme, vous pourrez ensuite vous attaquer aux qualifications avant la course. Les qualifications se font sur 1 tour lancé. A vous ne ne pas vous manger lamentablement un mur. Fort heureusement, le système de rembobinage fonctionne à merveille pour sauver vos fesses d'un freinage trop tardif ou d'une réaccélération un peu trop généreuse. Le système permet en outre de capturer l'instant via un mode photo où il est possible encore une fois de modifier de très nombreux paramètres dédiés à la photographie bien sur, mais aussi l'heure du jour afin de générer ou pas une ombre, un choix de type de pneu différent, tant pour vous que pour les autres pilotes. Ajouter à cela un réglage limité mais présent de la météo et vous voila avec 15G supplémentaires à votre solde.

A la fin de chaque course, des épreuves intermédiaires vous sont proposées. Cela peut être une épreuve rétro de dépassement, une course...



Dans la licence F1 de Codemasters, il y a les courses bien sûr, mais aussi le reste : la vie dans les paddocks avec les transferts. F1 2019 intègre dorénavant les transferts de pilotes et leur montée ou descente selon leur classement de l'année précédente. Bien que la majorité des changements se fassent en fin de saison, le titre permet comme dans la réalité un transfert intermédiaire à mi-saison. Les offres vous sont alors proposées par votre agent via un email.

Durant les 10 saisons que propose le mode Carrière, vous aurez le loisir de voir arriver de jeunes loups remplacer les plus vieux permettant ainsi une rotation des pilotes.

Si votre carrière commence par trois épreuves de Formule 2 avant de passer à la F1, il est également possible de vivre une saison entière de Formule 2.

Les épreuves retro Legends disponibles pour ceux qui ont acheté l'édition Legends de F1 2019, sont également directement accessible depuis le menu solo. Elles proposent quatre types d'épreuves sur différents tracés qui vont de Monaco pour des épreuves de points de contrôle, au Japon avec une épreuve de contre-la-montre. Vous avez également des épreuves de dépassement et des courses-poursuites. Le tout se réalise bien évidemment avec les véhicules de Senna et du Professeur Alain Prost : la McLarren de 1990 MP4/5B pour le premier et la Ferrari F1-90 de la même année. Ce mode ne vous donnera malheureusement accès à aucune course ni aucun tracé de l'époque.


Ce nouvel opus propose plusieurs modes multijoueurs, dont une partie dédiée à l'e-sport.

Le premier mode vous permet de courir selon un système de ligues privées ou publiques avec des courses en ligne. En tant que propriétaire de ligue, vous pouvez promouvoir d'autres joueurs aux rangs d'admin et ainsi partager la tâche lors de vos absences. Plutôt que de suivre le cycle des courses, les joueurs peuvent voter pour changer des paramètres de jeu, une course et même virer un joueur.
Dans une ligue privée, les admins ont également le pouvoir d'appliquer des pénalités de grille et modifier les résultats.
En tant que propriétaire d'une ligue, vous pouvez créer une course instantanée ou planifier une course. Et s'il vous manque des joueurs, l'IA prendra le relais.

Pour les joueurs qui souhaitent se mesurer au monde entier, Codemasters a mis en place des courses hebdomadaires avec un Grand Prix différent chaque semaine. Il y a deux types d'épreuves possibles chaque semaine : un Grand Prix ou comme dans le mode solo, des événements qui tournent autour de voitures rétro. Le Grand Prix se décompose en deux temps : une partie practice et qualification avant d'entamer la course le week-end. La course est ouverte dès le samedi midi.
Le nombre de points alloués aux joueurs à la fin d'une semaine n'est pas limité à la seule position de votre voiture à la fin d'une course, mais aussi sur les temps réalisés lors de qualification, le temps total en course, la position et les assistances.

L'e-sport, grand phénomène de ces dernières années fait son entrée dans la F1 de Codemasters avec un portail dédié qui vous permet d'une part de rester informé de l'actualité en visualisant notamment le replay et qui, plus tard dans l'année, vous permettra de tenter votre chance en participant aux sélections.

Pour terminer la partie multijoueur, vous avez également accès à des courses classées ou non classées. Chaque joueur hébergeant sa session, le temps de réponse est clairement indiqué en blanc clignotant pour une bonne connexion à une barre rouge pour une connexion à éviter. Vous pouvez soit rejoindre une course, soit créer la vôtre. Dans ce cas, vous pouvez définir si l'accès est ouvert, réservé aux amis ou sur invitation. Ensuite, il ne vous reste plus qu'à choisir le véhicule, le ou les circuits et les assistances que vous désirez mettre.
L'atelier
On notera lors des interviews ou des échanges un décalage parfois plus qu'important entre les paroles et les mouvements des lèvres. Le doublage laisse vraiment à désirer. Les voix lors de l'annonce des chronos font toujours aussi mécanique. Les commentaires de votre équipes sont parfois à côté de la plaque lorsqu'à titre d'exemple vous leur dite que vous rentrez ce tour et qu'il vous dites de rentrer dans 2.

Quant à la partie sonore, pourquoi modifier ce qui est déjà parfait ? Peu voir pas de changement à ce niveau, mais l'évolution de F1 entre cette saison et la précédente ne se base pas sur ce point. On reste donc avec un très bon ressenti audio du moteur, tant sur les voitures modernes que sur les classiques et l'on note parfaitement l'évolution de la sonorité des moteurs avec les règlements.

A cela s'ajoute une partie graphique pourtant annoncée comme étant optimisée Xbox One X, mais mis à part la 4K et le HDR, le résultat n'est clairement pas au niveau attendu lors des courses de nuit ou sous la pluie.
La nuit, aucun reflet ne viendra vous titiller l'oeil lorsque vous passerez sous les lampadaires. La pluie, malgré un bel effet sur la caméra ou sur la carrosserie et bien évidemment sur la conduite, ne laissera aucun nuage derrière le passage d'un bolide et vous ne serez également pas ébloui par le feu stop non plus. Toutefois, les F1 laisseront de belles traces sur la piste. Heureusement, les sensations sont quant à elles bien présentes.

Voici une séquence de Spa, l'un des plus beau, si ce n'est le plus beau tracé au monde sous la pluie.



Si le résultat est moinst tranchant dans la vidéo de Bahrein de nuit, c'est dû à la position de la caméra, mais la vue sur le bout d'aileron représente bien le néant des reflets sur l'ensemble du jeu.


Conclusion
La licence F1 de Codemasters évolue petit à petit, mais on est loin, sur Xbox One X, d'avoir la qualité annoncée sur les courses de nuit ou bien sous une pluie battante. Malgré la 4K, on ne peut pas dire que le jeu exploite réellement la One X. L'immersion est belle et bien là concernant la conduite, mais ce manque de petits détails qui font beaucoup laisse un goût âpre dans la bouche alors qu'un Forza Horizon, un jeu en monde ouvert propose déjà beaucoup de choses à l'exception des circuits. Il serait temps que Codemasters exploite enfin la puissance de la One X et ne mette pas juste de la 4K HDR.
Note 6/10
On aime
Le ressenti du pilotage selon les types et années des F1/F2
La qualité sonore des différentes voitures
L'implémentation de l'e-sport dans l'interface
On n'aime pas
Pas vraiment optimisé One X, juste 4K et HDR
Partie graphique en deça de la partie sonore
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
F1 2019
Packshot de F1 2019 sur Xbox One
Date de sortie française 28 juin 2019
Genre : Course
Dev. : Codemasters
Edit. : Codemasters
F1 2019 Compatible HDR sur Xbox One S
PEGI 3