HELLMUT: THE BADASS FROM HELL (Xbox One)

par Kreuvaitte
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Xbox One pourrait largement obtenir la médaille d’or des consoles de jeux faisant belle place aux indépendants. Parmi les nombreux genres proposés dans le catalogue du store se trouve ce que l’on appelle le rogue-like, souvent associé à l’approche gameplay des twin-sticks, utilisant majoritairement les deux joysticks analogiques de la manette : l’un pour se déplacer, l’autre pour viser. Hellmut : Badass From Hell est-il un titre de plus qui s’ajoutera au genre, ou sait-il se différencier de ses nombreux concurrents pour attirer les joueurs que nous sommes ?
Highway to hell
Concernant le contexte de votre aventure, ce dernier est pour le moins singulier, et en accord avec le titre du jeu. Direction les portes de l'Enfer, qui se sont malencontreusement ouvertes, plaçant l’humanité dans un danger immédiat. Votre mission principale consistera donc à faire face à des hordes de démons en tout genre. Heureusement, vous pourrez compter sur un arsenal d’armes à feu. Mais avant de dégainer, il serait tout à fait légitime de vous questionner quant au pourquoi de votre positionnement en tant qu’Elu à qui cette mission est confiée. La réponse réside dans le fait que vous êtes tout simplement immortel. Mais n’espérez pas incarner un beau blond, car votre soit disant immortalité vous réduit à un petit amas d’os, rien de plus. Fort heureusement, vous pouvez choisir d’incarner plusieurs personnages, aux capacités bien distinctes. Votre objectif sera donc de passer de donjon en donjons, en vous assurant de causer un massacre digne de ce nom à chaque niveau.

En termes d’approche, vous pourrez soit opter pour un jeu solo, soit faire appel à un ami, qu’il se trouve dans la même pièce que vous ou via le Xbox Live. Dans le premier cas, c’est via un écran partagé que vous parcourerez ensemble les niveaux, configuration bien entendu non reproduite pour un jeu en ligne. En complément, vous pourrez aussi relever des défis vous mettant face à des vagues d’ennemis, qu’il vous faudra mettre en miettes au plus vite.
same player, try again
Le gameplay se veut relativement basique, et c’est tant mieux car c’est ce qu’il faut pour un jeu de ce genre. Les déplacements se font donc en toute facilité avec les deux sticks, alors qu’il faudra assurer des pressions sur la gâchette de droite pour tirer. C’est en gros ce qu’il sera attendu de vous, rendant le titre accessible à tout joueur, habitué ou non à ce type d’approche. Vous aurez aussi, comme la coutume le veut, la possibilité de ramasser diamants, pièces et autres joyaux, vous ouvrant les portes de la boutique, dans laquelle vous pourrez alors envisager d’acheter armes, trousses de soin, ou encore des articles vous permettant par exemple de vous déplacer plus rapidement. Rien de bien exceptionnel donc en soi, mais nécessaire pour pouvoir espérer vaincre les hordes d’ennemis incessantes qui se feront un plaisir de vous réduire à néant. D’ailleurs, une fois que vous avez échoué à votre mission, vous n’aurez d’autre choix que de reprendre l’aventure depuis le début, et ne comptez pas faire travailler votre mémoire, car les niveaux sont générés aléatoirement. Les transformations qui vous sont proposées vous offrent quant à elles de nouvelles méthodes , maintenant toujours votre raison de vivre : tuer du démon à toutes les sauces. Vous pourrez donc au choix incarner le Roi des Rats, ou encore une Fée des Orques.


Succes story ? or not
Pour mémoire, Hellmut : Badass From Hell se veut clairement assumé comme inspiré des origines du jeu vidéo. Ce sont donc des graphismes à tendance pixel art qui sont proposés, aboutissant donc à un rendu visuel auquel il faut s’attendre. Pas de quoi chauffer vos Xbox One à priori. Mais il est toujours primordial de se rappeler que les fondations des jeux indépendants réside majoritairement dans le gameplay, et non sur l’aspect visuel ou encore sonore. Parlons-en d’ailleurs. Ce dernier se veut également basique, avec des musiques simplistes 8-bits (ou 16-bits si on veut vraiment être gentils), accompagnés de sons tout aussi basiques, mais encore une fois assumés, et surtout voulus.

Concernant les succès, les développeurs ont opté pour une approche assez originale, et pour le moins non conventionnelle. Bien que les classiques 1000G soient accessibles au travers de 22 réalisations diverses, 17 d’entre elles ne vous rapporteront que 1 seul et unique point de gamerscore, malgré parfois des efforts non négligeables à fournir, comme par exemple prendre 20 minutes de votre temps pour squatter le magasin sans interruption. Toujours dans l’excès, quatre autre succès représenteront 200G chacun, et le dernier comblera le reste avec ses 183G pour aboutir aux 1000G, nécessitant au final et au vu de cette configuration un certain investissement. Rien de bien challengeant en soi si ce n’est ici la mise en place d’un subterfuge permettant d’allonger la durée de vie de façon vraiment artificielle.
Conclusion
Hellmut : Badass From Hell fait office de jeu indépendant qui respecte les codes des titres des années 80, ce quel que soit le volet : gameplay agressif et accessible, visuels et audio minimalistes mais efficaces, et un scénario basique servant juste à tout déchiqueter sur son passage. Accessible au tarif de 14,99€, ce dernier vous permettra de passer quelques heures de jeu, toutefois un peu répétitives, mais qui saura satisfaire les gourmands d’hémoglobine, et ceux qui aiment relever des challenges. Ses possibilités de jeu multi en local ou en ligne permettront toutefois de prolonger l’expérience de façon considérable.
Note 7/10
On aime
Gameplay efficace
Une ambiance 80's assurée
Durée de vie conséquente
Mode coop local et en ligne
On n'aime pas
Un tarif un peu élevé
Des succès assez fatiguant
Devoir tout recommencer si on meurt
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
HELLMUT: THE BADASS FROM HELL
Packshot de HELLMUT: THE BADASS FROM HELL sur Xbox One
Date de sortie française 31 mai 2019
Genre : Action / Aventure
Dev. : volcani.cc
Edit. : 2tainment
PEGI 7
1 à 2 joueurs hors ligne - Coop hors ligne