Gamescom 2017 - Vampyr, plongez dans la folie londonienne

Vampyr_345

Présents à la Gamescom, l’éditeur Focus Home Interactive et le développeur Dontnod Entertainment nous ont permis d’assister à une longue présentation de Vampyr, le jeu d’action RPG qui prend place dans un univers violent et dérangé. On vous propose un récapitulatif de ce que nous avons pu apprendre sur cette perle.

L’action prend place à Londres, la ville est ravagée par la violence et certains quartiers sont infestés par de sombres créatures appelées skals, des vampires qui s’attaquent à la population. Nous incarnons Jonathan Reid, un docteur qui veut trouver un remède à cette maladie sauf que lui-même est un vampire. Le directeur du jeu nous a présenté différents aspects du titre à travers une mission se situant au milieu de la première partie de Vampyr. 

Incarner un vampire, tout un art.

Vous vous en doutez, mais le fait que l’on incarne un vampire vous donne certains avantages... Que ce soit dans l’exploration avec une vision spéciale permettant de mettre en évidence les traces de sang, lors des combats avec la possibilité de rusher dans une gerbe de sang l’ennemi ou de le mordre afin de l’affaiblir, ou lors des interactions avec les PNJ avec la possibilité d’utiliser votre sens vampirique afin d’obtenir la vérité, Vampyr mêle en scène subtilement, mais efficacement la personnalité de notre héros.

La force du jeu : l’interaction avec les PNJ

Londres est découpé en plusieurs quartiers qui abritent chacun un certain nombre de PNJ pour une soixantaine au total dans le jeu. Chaque personnage a son histoire, ses secrets et est intégré au sein de l’univers où les PNJ interagissent entre eux. Pour exemple : si vous décidez de tuer un membre d’une famille, les autres seront impactés dans leur vie quotidienne et dans leur façon de se comporter. Si vous tuez un parent, l’enfant s’attribuera sa demeure, ainsi de suite. Forcément, plus le personnage est important au sein du scénario, plus sa disparition impactera l’ensemble des habitants. La démo présentée s’arrêtait justement sur le choix de laisser vivre ou non un protagoniste clé, mais le directeur du jeu nous a laissés sur notre faim (ou notre soif de sang à voir).

La dimension RPG intimement liée à l’univers

Là où le jeu devient intéressant, c’est que le système de progression du personnage est intimement lié à l’univers créé par les développeurs. Pour gagner des niveaux, il ne suffit pas de tuer des ennemis, c’est même le moyen le moins rapide pour gagner en XP. Afin d’en obtenir un maximum, il faut sacrifier un habitant en le dévorant. L’XP gagnée dépend de la qualité de son sang. Une information que l’on obtient petit à petit en faisant des quêtes pour un PNJ. L’XP accumulée et obtenue en dormant, c’est à ce moment-là que l’on peut dépenser le tout dans les arbres de compétences. 

Vivement novembre prochain, c’est durant ce mois que Vampyr sortira sur Xbox One, car il a encore de nombreux atouts dans sa poche : ses graphismes, son ambiance glauque, ses combats dynamiques et la présence de mini-boss. 

le 24/08/2017 par TinouCLT
Vos commentaires
Kourauko 1
24/08/2017 - 13h28
j'adore le monde du vampirisme, et ce je me tente de le prendre
Khe2a01
GamePic de
khe2a01
276015
29/08/2017 - 06h15
Pareil que toi @K, un open world qui a l'air prometteur, les développeurs de Dontnod Entertainment (Life is Strange) fond des jeux de qualités.
Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit ou connecté sur Xboxlive.fr
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
RPG
 05 juin 2018
A partir de 38.99 €