E3 2019 - On a testé Watch Dogs Legion, c'est la surprise espérée

Watch Dogs Legion_345

À l’annonce d’un nouvel épisode de Watch Dogs, autant le dire, nous avions été sceptiques. Sceptiques parce qu’il est tout de même de coutume chez Ubisoft de surfer sur une licence jusqu’au trop-plein. Avec parfois des échecs, Far Cyr par exemple, ou des réussites comme avec les deux derniers opus d’Assassin’s Creed. Watch Dogs Legion pouvait donc se situer dans l’une ou l’autre des catégories et, pour notre plus grand plaisir après un second épisode qui nous avait laissés de marbre, la licence se renouvelle et surtout met en place un système ambitieux et qui fonctionne. On le sait, on a pu y jouer pendant 45 minutes.

Watch Dogs Legion se déroule dans un Londres futuriste, mais pas trop non plus. Les drones surveillent une population qui est en crise. Le gouvernement est faible et une milice privée a pris le contrôle des infrastructures et donc de la cité entière. Face à cela, la résistance, menée par l’organisation DedSec s’organise. C’est là que le joueur intervient pour construire sa propre armée de résistants. Et c’est là que nous étions impatients de pouvoir faire fonctionner le système de recrutement de n’importe lequel des PNJ croisé. Comprenez par là qu’il existe bien évidemment une trame principale dans le jeu, mais que celle-ci pourra n’être rendue accessoire par la construction d’une vraie force de personne acquise à la cause de DedSec et prête à renverser le pouvoir.

watch dog

Comment cela se traduit in-game ? Très simplement… on débute avec un personnage, on se sert de son téléphone pour en cibler un autre et là des informations s’affichent : nom, prénom, profession, salaire, les personnes avec lesquelles elle interagit ou a des problèmes ainsi que les affinités de la personne en cas de recrutement (bonus corps à corps, plus à l’aise avec les technologies ou les armes à feu…) et ses faiblesses (la grand-mère que nous incarnions avait un malus de déplacement dû à son âge par exemple). On peut donc en fonction de ses besoins tenter de la recruter ou passer à quelqu’un d’autre ou encore aller s’occuper des missions proposées. Mais le but était ici de voir comment se déroule un recrutement : en ciblant la personne intéressante, on sauvegarde son profil auquel on peut accéder depuis le menu équipe du jeu. Une jauge indique son niveau d’affinité avec l’organisation DedSec : sympathisant, neutre ou carrément opposant. Car oui on peut aussi recruter les ennemis… Une fois le recrutement lancé, il va falloir réaliser un certain nombre de mini-missions pour gagner la confiance de la personne : ainsi, la femme que nous avions sélectionnée avait sa mère à l’hôpital et ne pouvait pas payer les frais. De même, Scotland Yard disposait d’informations sur elle qu’elle souhaitait voir effacer.

Nous voilà donc en route dans une Londres parfaitement modélisée (Westminster et Camdem pour cette démo) à « emprunter » une voiture pour nous rendre à l’hôpital et régler les soins de la maman en ayant au préalable effacé l’addition en hackant le PC de l’accueil. Direction ensuite le siège de Scotland Yard pour une mission que l’on pouvait menée en action frontale ou en infiltration par de multiples moyens. La liberté de choisir et vraiment la règle et nous étions avec un personnage plutôt prédisposé à la discrétion : un petit coup du nouveau drone-araignée déployé permet de se glisser dans le commissariat en ayant au préalable repéré l’intérieur par le biais des caméras. On peut comme toujours ouvrir les portes à distances, télécharger des clés d’accès ou encore causer des diversions. Bref, le drone devait s’approcher d’un garde pour lui voler une clé d’accès impossible à récupérer depuis le système de vidéosurveillance. C’est donc tout en douceur que l’on a pu se glisser entre les jambes de gardes à l’IA encore perfectible (ils ne réagissaient pas toujours très vite) pour télécharger le pass, puis rappeler le drone et entrer dans le commissariat en mode action. L’occasion de voir le système de combat au corps à corps qui est bien plus complet : on peut attaquer, esquiver, chopper l’adversaire et finir avec un coup spécial pour l’achever. C’est bien plus dynamique qu’auparavant. Une fois les données effacées, il est possible de recruter la femme.

On peut alors lui assigner l’une des 3 classes disponibles : Enfoncer (la classe arme à feu, bourrine) ; Infiltrator dont le nom parle de lui-même ou enfin Hacker (prédisposition à l’usage des drones de 3 types également). On fait le choix comme on le souhaite en fonction de son besoin du moment, de son envie ou plus intelligent, des prédispositions de la personne. Chaque classe dispose d’une habilité spéciale : l’Enforcer peut lancer un disque explosif, l’infiltrator peut se rendre invisible et le Hacker peut s’amuser avec les drones. Chacune des habilités peut être modifiée ensuite par le biais de l’expérience gagnée. Bref, le système est complet et permet surtout de personnaliser véritablement chaque protagoniste. On imagine bien ce que pourrait donner la fin du jeu avec une armée de PNJ que l’on peut incarner à la volée. Car oui il est possible de switcher comme on l’entend ! Tout le sel de ce Watch Dogs Legion est ici puisque l’expérience est adaptée à chaque personne incarnée : les cinématiques changent en fonction de qui l’on « possède » lorsqu’on active une mission et on salue l’immense travail qui a été effectué pour permettre de rendre le jeu unique, car chacun possède son accent, ses expressions, ses attitudes corporelles et son approche. Pour avoir observé les parties des autres journalistes, on peut vous assurer que personne n’a fait la même chose : par exemple, un des autres joueurs a hacké un drone puis l’a chevauché pour se poser sur le toit du commissariat dans la mission décrite ci-dessus.

Pour le reste, Watch Dogs Legion permet aussi l’approche gunfight avec des armes qui envoient un peu plus que dans le précédent opus et un système de couverture automatique plutôt efficace. La conduite quant à elle donne toujours l’impression de se mouvoir avec des savonnettes, mais au final le jeu proposant de se téléporter par le biais des stations de métro ou plus simplement de PNJ recruté en PNJ recruté, nul doute que ça ne sera pas le mode de déplacement favori. Ceci étant, lorsque vous êtes recherchés vous n’aurez pas d’autres choix que de vous carapater en courant ou au volant de l’un des nombreux véhicules aperçus.

WATCH DOG

Autre utilité, contempler le travail fabuleux effectué par les 16 studios et près de 500 personnes qui ont travaillé sur le titre pour (re) créer une Londres criante de vérité. Ubisoft confirme ainsi son talent technique et graphique en affichant une alpha version en 4K qui éblouit tant dans les modèles de personnages que dans les reconstitutions d’ambiance de rues, de quartiers et même de monument. On regrette même qu’il ne soit pas possible d’escalader Westminster, c’est dire. En tous cas, la version présentée était très très propre.

Vous l’aurez compris, on ressort bluffé par ce Watch Dogs qui renoue avec l’ambiance mature du premier opus pour reconquérir les fans déçus par les écarts du précédent jeu. On a plus que hâte de renouveler l’expérience pour nous glisser dans les baskets de tous les Londoniens et mener la rébellion en se forgeant sa propre Légion.

le 12/06/2019 par Lestat
Vos commentaires
Rage Kage
Rage KaGge
111567
12/06/2019 - 12h59
j'étais fan du 1er, le 2nd m'a laissé un gout un peu amer dans la bouche.
Mais alors LUI !! Il sera day one dans mon étagère en Édition Gold !
Il a l'air vraiment d'envoyer du lourd !!
xTOTO62x
GamePic de
xTOTO62x
121269
12/06/2019 - 13h36
"renoue avec l’ambiance mature du premier opus" --> ouf, pareil le 1 excellent (avec ses défauts de jeunesse) le 2 ambiances de merde et graphismes de merde (pas d'opti one X alors que sur ps4 pro oui)
SAURONSG
GamePic de
SAURONSG
134839
12/06/2019 - 15h09
j'ai une interrogation au sujet du jeu . il y a une composante coop dessus ou c'est que du solo ?
SnowTig3r
GamePic de
SnowTig3r 87
85930
12/06/2019 - 15h40
Sauron, cooperation en ligne. Je t'invite à cliquer sur la fiche du jeu et sur la page du store Xbox ( coloré en jaune) tu auras cette information et bien d'autres !
junxps
GamePic de
Junxps
17321
12/06/2019 - 21h36
j'aime bien les corps à corps et les gunfight façon john wick
Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit ou connecté sur Xboxlive.fr
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS
Action
 03 mars 2020