E3 2019 - Aperçu Ghost Recon Breakpoint avec 40 minutes de gameplay

Ghost Recon Breakpoint_345

Retour chez Ubisoft après notre preview de Watch Dogs Legions pour un essai manette en mains et à 4 de Ghost Recon Breakpoint. L’occasion de tester les nouveautés du jeu et de se promener un peu dans le monde d’Auroa.

2 missions nous étaient proposées successivement : aller délivrer une chercheuse détenue par les méchants du titre puis aller combattre un drone tank, sorte de « boss » à un certain moment de l’histoire. Pour la petite anecdote, une coupure d’électricité générale aura interrompu la fin de notre première partie, nous dévoilant une feature pratique, à savoir la possibilité de se téléporter à n’importe quel moment sur n’importe quel membre de la team. Bien pratique quand le dev utilise un cheat pour réapparaitre à l’autre bout de la map, là où la mission doit se poursuivre.

Mais bref, la vidéo que nous vous avons concoctée reflète ce que nous avons vécu. A savoir, des moments d’héroïsmes quand tout le monde était coordonné et un grand foutoir si un seul des joueurs se mettait à faire n’importe quoi. Première nouveauté, dès le début de la session, nous avons monté notre bivouac : c’est en gros un campement de fortune que l’on peut monter presque n’importe où et qui permet de se soigner, de changer de classe (3 uniquement dans cette démo), de préparer son équipement, de changer le cycle jour/nuit et surtout de choisir des perks temporaires en mangeant. On peut ainsi augmenter temporairement sa résistance, sa précision ou même sa stamina. Cette dernière fonction nous a simplement été expliquée comme ayant une importance capitale puisque le titre introduit une gestion de la stamina qui a un impact direct sur l’efficacité de votre Ghost. Il faut donc faire attention à se reposer après notamment une trop longue session dehors ou après de gros efforts intenses. En pratique, la démo ne nous aura pas donné l’occasion de voir ce système véritablement en fonctionnement mais apparemment cela devrait influer sur le gameplay.

En revanche, nous avons eu bien l’occasion de découvrir le système de blessures… en effet lorsqu’un Ghost est touché, il voit ses capacités diminuées. C’est d’ailleurs visuellement bien fichu puisqu’on se met à traîner de la jambe ou à ne plus pouvoir utiliser toutes les armes. Il faut donc se mettre à couvert et surtout dans un endroit qui permette de passer du temps à se faire des bandages, puis à retrouver sa vie à l’aide d’une seringue spéciale. Franchement un peu de stress en combat, d’autant plus que si vous tombez et qu’un de vos coéquipiers vous relève, la blessure est toujours là. S’il n’est pas trop fainéant, vous pouvez lui demander de vous porter pour vous placer à l’abri, une autre nouvelle feature de ce titre.

Pour le reste, l’expérience aura été plaisante : on passe du bon temps à planifier l’attaque à l’aide des drones qui peuvent toujours marquer les adversaires, on peste contre le type qui ne fait pas attention au rebord et tombe directement sous le nez d’un ennemi qui va déclencher l’alarme et on ressent bien le feeling des armes une fois en combat. Le système de couverture a d’ailleurs été entièrement revu pour être semi-automatique et surtout dynamique : le Ghost se colle bien comme il faut à chaque objet pouvant servir à se protéger et ça fonctionne aussi bien que dans Watch Dogs 3 qui utilise un système similaire. D’ailleurs, les ennemis ici rencontrés se sont avérés plutôt coriaces même si leur IA ne se démarquait pas vraiment du lot. Ils attaquent en groupe, tentent de contourner mais sont au final assez faciles à éliminer, les grosses unités lourdes et surtout les nouveaux drones tanks exceptés. Par ailleurs, ils n’ont aucune moralité et en attaquant la dernière base, nous avons pu constater qu’ils tiraient carrément au mortier dans leur camp au milieu de leurs propres troupes.

Techniquement, le jeu tournait sur une Xbox One X en 1080p. La 4K n’était pour le moment soit pas finalisée ou soit pas compatible avec le boitier de capture ou soit pas compatible avec les écrans selon les réponses qui m’ont été apportées par 3 personnes différentes. Plutôt agréable à l’œil, le moteur fait le boulot demandé avec son lot de clippings et de petits bugs pour le moment. Difficile de se prononcer en l’état mais le monde devrait être au final encore plus crédible que dans le premier opus avec en plus de jolis effets de fumée et de particules, notamment pendant le combat contre le tank et ses gatlings/mortiers qui ne cessaient de nous harceler.

Au final on a passé un bon moment à quatre sur le titre, notamment grâce à la bonne humeur des développeurs de chez Ubisoft, bien conscients qu’il reste encore du travail pour finir le titre d’ici à sa sortie le 4 octobre 2019. C’est le principal car c’est ce qui est recherché ! En revanche, si vous n’avez pas la chance de jouer avec au minimum un autre pote, vous risquez de vivre des moments douloureux avec des étrangers en partie car le titre nécessite, plus que le précédent, de pouvoir se parler. Et comme nous n’avons pas vu comment se comportait l’IA des Ghosts en solo, impossible de savoir si elle pourra vous sauver la mise.

le 13/06/2019 par Lestat
Vos commentaires
WolfDriver777
GamePic de
nykraft
158571
14/06/2019 - 14h51
"Oh un warthog ! C'est Halo Infinite les gars !" :-D Pas fan du précédent ... ça ne m'attire pas plus ici ... faudrait que ça tombe dans le gamepass pour voir !
Lud0
GamePic de
Cedricludovic
134203
15/06/2019 - 07h51
En solo c'est encore 2 fois plus d'infiltration.
Il faut ruser pour attirer un ennemi dans un coin et le descendre silencieusement avant de s'occuper de l'autre. Lorsque le 2 sont au meme niveau, une approche silencieuse sur le plus proche, un tir dans la tête du second et une prise par derrière sur le 1er. Ca passe crème ;)
Pour poster un commentaire, vous devez être inscrit ou connecté sur Xboxlive.fr
Twitter    Facebook    Twitch    Dailymotion    RSS